« Des propos inspirés, du grotesque et du silence poli sur les tragédies du passe … »

© © 2014 И. А. Политнавигатор« Des propos inspirés, du grotesque et du silence poli sur les tragédies du passe … »
« Des propos inspirés, du grotesque et du silence poli sur les tragédies du passe … » - Sputnik France
Bilan de la visite de Piotr Porochenko en Pologne

Comme on le sait, le président ukrainien Piotr Porochenko a été conspué par des manifestants devant le siège de la Diète pendant sa visite en Pologne. Ces gens protestaient contre la tolérance des autorités polonaises à l’égard des organisations néo-nazies en Ukraine. Cependant, peu après les autorités polonaises ont en dépit des protestations qualifié d’ « historique » le discours du président ukrainien à la Diète.

L’historien et écrivain politique Bohdan Pietka, expert en affaires ukrainiennes, a pour sa part noté dans une interview à notre radio :

« Cette visite avait deux dimensions, l’une officielle et de propagande et l’autre réelle. Concernant sa dimension officielle, on ne pouvait pas ne pas apercevoir le flux de propos inspirés sur les relations excellentes entre la Pologne et l’Ukraine. Personnellement, j’ai aussi entendu quelque chose d’autre : du grotesque !

Quand Porochenko intervenait à la Diète en évoquant le souvenir de la « révolution de la dignité », nom qu’il a donné aux évènements survenus en Ukraine à la fin de l’année dernière et au début de cette année, il a indiqué que cette révolution avait mis fin au pouvoir des oligarques. Cela m’a fait rire car ce sont justement les oligarques comme Piotr Porochenko, Igor Kolomoïsky, etc. qui ont alors accédé au pouvoir !

Au cours de leurs entretiens avec le président polonais, les personnalités politiques polonaises évitaient manifestement de plonger dans l’histoire. Elles ont complètement négligé le fait que les traditions banderistes néo-nazies gagnent du terrain en Ukraine, et que le président Porochenko n’a aucune intention de prendre ses distances avec celles-ci, juste le contraire. Cette année, il a même institué une fête nationale ukrainienne en la fixant au 14 octobre, date étroitement liée à l’histoire du groupe UPA.

Cette décision n’a pas suscité l’indignation des autorités polonaises car la tradition banderiste a une orientation clairement antirusse. Et mieux vaut ne pas s’apercevoir que cette tradition a aussi un caractère antipolonais.

Prenant la parole à Varsovie devant les députés à la Diète, Piotr Porochenko a prononcé les paroles suivantes : « On ne saurait bâtir la politique sur les tombes »… Ces paroles étaient on ne peut plus inconvenantes : elles ont été jadis adressées aux descendants des victimes des crimes horribles de l’UPA contre les Polonais.

Elles ont alors été prononcées en respectant le souvenir des Polonais assassinés par les criminels banderistes. Quand ces mêmes propos ont été tenus par le président d’Ukraine, pays où l’on fait un éloge infini des « exploits » des nationalistes ukrainiens, ils ont résonné d’une manière absolument différente. La partie polonaise, par quoi y a-t-elle répondu ? Par du silence poli. »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала