Une année turbulente nous attend, mais la Russie surmontera les difficultés

© © Collage: Voice of RussiaUne année turbulente nous attend, mais la Russie surmontera les difficultés
Une année turbulente nous attend, mais la Russie surmontera les difficultés - Sputnik France
La compagnie CE Money Bank a effectué un sondage insolite avant la fête de Noël, apprend Radio Praha.

Les sociologues ont décidé de connaître ce qui agace le plus les Tchèques dans les jours d’avant les fêtes. Ils ont établi des choses vraiment étonnantes. Il s’est avéré que pratiquement tout les énervent : la décoration de Noël des rues, l’absence de stationnement pour les voitures à proximité des centres commerciaux, des koliadki de Noël chantés dans les magasins. Tandis que 50 % de citoyens tchèques ont dit leur mécontentement par Santa Klaus, qu’ils refusent de reconnaître comme Père Noël. Il ne faut pas être un psychologue pour comprendre : de tels états d’esprit résultent d’une irritation générale, de l’inquiétude avec laquelle la République Tchèque entre dans l’année 2015. En effet, que devons nous tous attendre d’elle ? Comment vont évoluer les rapports entre la Russie et l’Europe ? La crise ukrainienne va-t-elle s’apaiser ? Y aura-t-il davantage de sécurité dans le monde ou au contraire, la tension va-t-elle monter ?

Nous avons adressé ces questions au patriarche du journalisme tchèque, l’observateur international Jan Petránek.

Il est tout à fait évident que la guerre dans le Donbass va continuer, l’Ukraine continuera de saigner, parce que les oligarques sous Porochenko l’ont volé comme les « gros sacs » ni russes, ni tchèques n’ont jamais pu en rêver. Diverses forces ont intérêt à voir le conflit se poursuivre. L’année prochaine l’Ukraine deviendra l’enjeu de la lutte politique interne aux Etats-Unis. L4Amérique va renforcer son soutien à Petr Porochenko. Des néoconservateurs, partisans de la propagation dans le monde de valeurs universelles, des idéaux américains vont acquérir plus de poids. Il est très important de savoir qui sera l e futur maître de la Maison Blanche – Hilary Clinton ou quelqu’un d’autre. Je crois qu’il y aura une âpre lutte électorale. Dès à présent les républicains parlent de la fin de la démocratie en Amérique. En somme, une période turbulente attend nous tous.

La tension dans les rapports entre la Russie et l’Europe va-t-elle faiblir en 2015, peut-on compter sur une « normalisation » sur la ligne Est-Ouest ?

Les Etats-Unis cherchent à opposer toute l’Europe à la Russie. Dans leur jeu ils engagent en premier lieu les Allemands. En réalité, une troisième guerre mondiale est déchaîné e- commerciale, humanitaire. Elle est menée « sans règles »… Je serai très content si l’opposition entre l’Europe et la Russie se résolve par la paix. Or Mme Merkel, personnifiant l’UE, doit se rappeler de ce que sa compatriote, la princesse Sophie Frédérique Augusta d'Anhalt-Zerbst, devenue l’Impératrice russe Catherine II, a conquis en 1783 la Crimée pour la Russie, que la Crimée est une terre russe. Certes, la Russie l’a perdue plusieurs fois. Hitler rêvait de peupler la péninsule par des Allemands. Cela n’a pas réussi. L’Ukrainien Nikita Khrouchtchev a fait cadeau de cette terre russe à l’Ukraine. Aujourd’hui la justice historique a été rétablie. Alors que nous flagellons la Russie pour cela. Mais déjà Masaryk mettait en garde : on ne peut offenser de sang froid à l’infini aucune superpuissance. Cela n’augure rien de bon…

Nombreux sont ceux en Occident qui prédisent une crise économique et politique d’envergure en Russie en 2015. Qu’en pensez-vous ?

Je pense que la Russie saura surmonter les difficultés comme cela s’était toujours le cas dans l’Histoire. Elle vaincra la crise économique et la une puissante pression de l’Occident. Un jour Madeleine Albright s’est lamentée que la Russie avait été nantie de trop de richesses naturelles, que la Sibérie ne devait pas appartenir à elle seule. Le président Poutine a su couper court à de telles dispositions. Oui, cela ne plaît pas à d’aucuns, mais le fait reste : la Russie importe beaucoup pour l’UE, comme un pays avec de grands horizons de développement. Mon vœu de Noël aux Russes est de développer au plus vite l’agriculture. Je crois que c’est par là que commenceront les réformes d’infrastructure économique si indispensables à la Russie.

C’était l’interview de l’observateur international Jan Petránek, patriarche du journalisme tchèque.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала