Adieu aux valeurs européennes

Beaucoup oublient que les valeurs européennes n’ont jamais vraiment existé et ne sont que des emprunts à l'Asie.

Fin 2014, j’ai pris part à un débat télévisé concernant les valeurs et notamment les valeurs européennes. Les participants se sont divisés en deux camps: le premier estimait que les valeurs européennes n'avaient jamais existé et le deuxième affirmait qu'elles étaient réelles et le resteraient. Dans l'équipe des "négationnistes", j'étais le seul à souligner que toutes les valeurs européennes avaient été empruntées aux pays civilisés, c'est-à-dire à l'Asie.   

Une idée formidable

Mais faut-il pour autant dire "adieu" à l'Europe, notamment dans le contexte de valorisation de l'euro? Pas du tout. Chacun a sa propre Europe préférée. Personnellement, j'aime le sud de l'Allemagne et certaines provinces italiennes. Nous y voyageons et le ferons encore dans le futur, car nous sommes toujours en mesure de gagner ces euros. Cependant il est grand temps de dire "adieu" aux illusions de plusieurs générations soviétiques et russes qui considéraient l'Europe comme une réponse aux problèmes maudits russes. Ces illusions auraient pu tenir, ne serait-ce que partiellement, mais les Européens et les Occidentaux en général leur ont donné le coup de grâce. Et il ne s'agit pas seulement des objets de leur soutien en Ukraine. Car beaucoup de choses  se sont passées avant cette crise.

Un jour, on a interrogé Mohandas Gandhi pour savoir ce qu'il pensait de la civilisation européenne. "La civilisation européenne? avait-il répondu. Ce serait probablement une idée formidable".

Mohandas Karamchand Gandhi était l'un des hommes les plus éduqués de son époque, diplômé d'un collège du Gujarat actuel et d'une université britannique. Il savait ce dont il parlait. Aujourd'hui, beaucoup connaissent parfaitement ces faits inaccessibles à un occidental moyen de cette époque-là. Car ces informations ne sont pas du tout secrètes.

La civilisation européenne actuelle se veut héritière du monde antique. Mais tout dépend du point de vue. Car après plusieurs centenaires de vide l'Europe, dans sa forme "occidentale", s'est formée aux alentours des Xe et XIe siècles. Qui plus est, son existence commence avec les croisades, c'est-à-dire l'agression et le pillage.

A cette époque, l'Empire romain n'avait pas encore disparu: sa capitale avait tout simplement "déménagé" à l'est, à Constantinople, une ville de 500 000 habitants (plus que la population européenne à ce moment-là?) avec des colonnes, des bibliothèques, des cathédrales chrétiennes et des gens éduqués. Les croisés l'ont prise en 1204 pour la piller pendant près de 50 ans, en emportant tout, des reliques chrétiennes au plomb des toits. C'est donc un miracle que la seconde Rome ait pu renaître et exister jusqu'à l'arrivée des Turcs en 1453.

Trait caractéristique: l'Europe ne nie pas ce fait — car il existe des encyclopédies et des livres historiques — mais ce dernier reste en marge de la conscience des masses. Il est bien sûr très désagréable de savoir que tu appartiens non seulement à un produit dérivé d'autres civilisations, mais aussi à une civilisation matricide souffrant d'amnésie artificielle.

Qui a découvert l'Amérique?

Les origines de la civilisation européenne contemporaine sont très intéressantes. Ses racines partent évidemment du "monde civilisé". Y compris, par exemple, de l'Iran.

Les grands penseurs de la Renaissance européenne, époque qui a suivi les croisades, sont-ils repartis de zéro? La médecine européenne a repris les acquis des Arabes — Avicenne, ou Ibn Sina — tout comme dans le domaine des mathématiques et de l'astronomie. Vous rappelez-vous d'al-Biruni, qui avait prédit l'existence d'un autre grand continent dans l'hémisphère ouest sans quitter son bureau? Il avait fait cette découverte au XIe siècle, ayant calculé la circonférence de la Terre avec une précision étonnante. Et oui, il connaissait parfaitement sa forme sphérique sans craindre le feu comme ses homologues européens.        

Mais s'agissait-il des Arabes? C'étaient, dans la plupart des cas, les habitants du Califat abbasside originaires d'Iran ou de l'Asie centrale actuelle. La civilisation perse a donné à l'Europe les fortifications et la couronne — une sorte de forteresse sur la tête — la musique, notamment le luth, les ménestrels et des volumes d'œuvres musicales. Ces voies d'importation de la civilisation en Europe depuis l'Inde et d'autres centres culturels — via Constantinople ou des monastères chrétiens en Espagne demi-arabe — sont décrites en détail, mais la conscience des masses européennes… Nous en avons déjà parlé.

Mais ce sont les valeurs et pas les sciences qui nous intéressent le plus, n'est-ce pas? A mon avis, l'humanisme est la valeur européenne principale. Il met la vie et la personnalité de l'homme au-dessus de tout le reste.

Croyez-vous que l'humanisme n'a jamais existé (et n'existe toujours pas) dans les grandes civilisations asiatiques avant les grands penseurs européens du XVIIe et du XVIIIe siècles? Ha!

Des siècles avant notre ère, l'Inde avait commencé de former l'idée du caractère sacré de toute vie: la paix et la bonté devaient être le fondement des relations entre les hommes. Cette pensée sert de base à au moins deux religions provenant de ce pays.

Il ne faut non plus oublier la Chine — ou on ne dit jamais "non" car cela porte préjudice à votre dignité. C'est une tradition ancienne: la dignité est une valeur chinoise. Ce pays a également plusieurs fois expérimenté l'abolition de la peine de mort pour des raisons religieuses — à cette époque-là l'Europe n'existait pas encore. Longtemps avant Confucius la Chine a produit une pensée peu démocratique selon laquelle chaque homme devait mériter sa place dans la société, ce qui n'était possible que grâce à l'éducation humanitaire (la littérature et la philosophie) qui formait la personnalité et l'homme même. Autrement dit, si une personne veut du respect, elle doit tout d'abord se respecter et créer sa personnalité.

Cette idée reste toujours l'idéal des Chinois. Peut-être ne comprennent-ils pas quelque chose?

Les valeurs de qui?

Les valeurs voyagent dans le monde entier, provoquent des débats, se transforment et s'améliorent. Il n'y a ici aucun problème, si bien sûr la civilisation dérivée, telle que l'Europe, reconnaît les racines de toutes ou au moins d'une partie de ses idées. Mais les Européens ont subi un coup dur dans ce domaine: vers la fin de la Renaissance, ils se sont mis à conquérir d'autres pays et d'autres peuples.

Dans l'histoire du monde, aucune civilisation n'a autant envahi, pillé, et commis d'atrocités que l'Europe, qui a occupé plus de la moitié de la planète. Et comme l'homme tente toujours de justifier ses méfaits, les Européens ont créé le prétexte suivant: oui, aujourd'hui on vous fait du mal, on vous a conquis et tué (un tout petit peu), mais on apporte des valeurs formidables qui vous feront du bien à l'avenir. De plus vous êtes trop pauvres, donc nos valeurs sont évidemment meilleurs que les vôtres…

Le colonialisme a pris fin mais la civilisation occidentale conserve toujours, au nom des restes de sa dignité, une conviction presque sincère de la supériorité de ses valeurs: elle n'a plus rien d'autre, tout simplement. Mais les anciens pays colonisés et semi-colonisés ont repris leur souffle et même atteint un niveau de bien-être rivalisant avec l'Europe. "Ces valeurs, à qui appartiennent-elles? A vous? Et où les avez-vous prises?" s'interrogent-ils.

En ce qui concerne l'importance de l'année 2014, j'ai pitié des gens qui limitent le terme "pays civilisés" à l'Occident. Ils n'ont donc aucune idée qu'ils citent littéralement les colonisateurs britanniques d'hier. Mais aujourd'hui ces gens — et nous avec eux — disent "adieu" à l'Europe. Dans un sens positif. Car nous aimons toujours la culture européenne où elle le mérite, sans pourtant se laisser guider par des illusions et une joie exaltée peu fondée.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала