L’impuissance juridique de l’Union européenne

© © Photo: REUTERS/Regis Duvignau/FilesL’impuissance juridique de l’Union européenne
L’impuissance juridique de l’Union européenne - Sputnik France
La tragédie à la rédaction de Charlie Hebdo a poussé les autorités des pays membres de l’UE à réfléchir à nouveau aux moyens de prévenir de tels attentats.

Les évènements à Paris et la confrontation de plus en plus sérieuse dans la société européenne en général confirment la nécessité d’une régulation juridique de tels aspects de la part de l’Etat. L’UE devrait emprunter l’expérience russe de prévention de l’escalade de la violence dans un pays multiconfessionnel.

La clause juridique appropriée dans la législation russe concerne les « actes visant à exciter la haine ou l’animosité ainsi qu’à humilier la dignité de l’homme ou d’un groupe de personnes selon le sexe, la race, la nationalité, la langue, l’origine, l’attitude envers la religion, l’appartenance à tel ou tel groupe social commis publiquement ou par le biais des médias ». De tels actes sont considérés comme un crime très grave. L’article 282 du chapitre 29 du Code pénal les qualifie de « crimes contre les fondements du régime constitutionnel et la sécurité de l’Etat » et suppose, en particulier, une réclusion.

Qui plus est, les amendements à l’article 148 du Code pénal sur le durcissement de la responsabilité de l’offense des sentiments des croyants ont été adoptés en juin 2013 en Russie. Ils supposent la responsabilité pénale sous forme de privation de liberté pour « une action publique qui témoigne d'un évident manque de respect envers la société dans le but d'offenser les sentiments religieux des croyants ».

Il n’existe pas de normes juridiques de ce genre dans les pays de l’UE à la différence, disons, de la responsabilité nettement formulée de la négation de l’Holocauste. Cette dernière circonstance ne permet pas, en particulier, de publier dans les médias les caricatures antisémites. En ce qui concerne les caricatures du Prophète musulman et d’autres images consacrés aux sujets douloureux pour les musulmans et les adeptes d’autres confessions, il n’existe de restrictions ni dans la législation ni pour une large part – dans les esprits.

Les relations interculturelles constituent l’un des problèmes essentiels en Europe et prescrivent une attitude sérieuse et responsable, a dit à notre correspondant l’expert de l’Institut de l’Europe de l’Académie des sciences de Russie Vladislav Belov :

« La sphère multiculturelle, le milieu multiculturel, le management multiculturel sont des sujets compliqués, notamment pour l’Europe. Une réaction positive aux tentatives de réconcilier les cultures est objectivement possible, les cultures chrétienne et musulmane étant étroitement liées. Elles coexistent et sont en même temps en opposition dans la politique ou, par exemple, dans la vie quotidienne. »

L’édition interactive française Atlantico a publié ces jours l’article du journaliste et expert financier en vue Benjamin Dormann au titre éloquent « Liberté de la presse menacée ? Les tartuffes sont de sortie ». « Nos journalistes feignent d’ignorer qu’ils sont complètement politisés, et ne sont pas également répartis sur le spectre des opinions, puisque partagent très majoritairement les mêmes idées : pro-Européennes, anti-Sarkozystes, pro-multiculturalistes, anti-chrétiennes…, écrit Dormann en ajoutant pour conclure : Ils préfèrent depuis longtemps imposer ces opinions et leur vision du monde, au lieu d’exercer leur devoir d’information pluraliste ».

N’est-ce pas là l’une des origines de ce qui se produit dans la société occidentale, et ceci – non seulement dans la sphère multiconfessionnelle ?

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала