Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un forum à Davos avec un contexte indéfini

© © Photo: AP/Michel EulerUn forum à Davos avec un contexte indéfini
Un forum à Davos avec un contexte indéfini - Sputnik France
S'abonner
L’élite d’affaires et politique du monde se retrouve pour la 45me fois au Forum économique mondial tenu dans la station de montagne suisse de Davos. Il se déroulera du 21 au 24 janvier avec pour thème principal – « Contexte global nouveau ».

En effet, le « contexte global », auquel doivent réfléchir les hommes politiques et d’affaires de la planète réunis à Davos, n’évoque pas du tout le ciel bleu sans nuages au-dessus des Alpes suisses. Les problèmes globaux ne manquent pas – une économie faiblissant, l’abîme qui se creuse davantage entre les riches et les pauvres, le chômage en hausse, enfin les guerres, les crises, la montée du terrorisme de la part de l’islam radical.

En prévision du forum les experts du FMI ont abaissé de 0,3 % leur pronostic de la croissance de l’économie mondiale en le ramenant à 3,5 % pour cette année. Suivant un sondage effectué dans 77 pays par l’organisation internationale «GlobalCEOSurvey» avec son siège à Londres, seuls un peu plus d’un tiers des 1300 patrons de grosses sociétés interrogés s’attendent à une reprise économique. En Europe seulement 16 % de top managers y croient.

Les analystes parlent de la menace d’une deuxième vague de crise de l’euro, ce qui entraînera aussi la hausse du taux de chômage. Comme cela ressort du rapport de l’Organisation international du Travail (ILO), vers 2019 le monde va dénombrer 219 millions de sans-travail contre 201 millions en 2014. Cela concerne aussi l’Europe. D’après Winnie Byanyima directrice exécutive de l’organisation caritative internationale « Oxfam », qui prend également part aux travaux du forum à Davos, Dans un avenir proche 1 % de super-riches sur Terre posséderont autant de biens que les 99 % d’autres habitants de la planète.

L’ancien professeur de l’Université de Genève Klaus Schwab, âgé de 76 ans, fondateur et président du forum, a appelé les rencontres à Davos « une plateforme de travail en commun du business et de la société ». Le dessein initial consistait à réunir à Davos, ainsi qu’à des rencontres régionales, les plus illustres représentants de l’élite économique, politique et intellectuelle. Le premier forum date de 1971, mais depuis les rencontres ont perdu de leur éclat et attrait. Y compris pour la Russie. L’économiste Vladislav Biélov, en charge des pays et des régions à l’Institut russe de l’Europe, se montre peu optimiste au sujet du forum en cours.

On entendra des déclarations générales, - dit M. Biélov. – Qu’il est nécessaire de faire quelque chose, de prendre quelques mesures dans le cadre de l’économie mondiale. Mais je ne m’attends à rien de concret, à quelques nouvelles idées. Quant à la Russie, elle va poursuivre le dialogue, assurer son présence sur divers terrains de discussion, où on nous attend ou pas. Mais ce n’est pas déjà une question de solution des problèmes concrets. 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала