La Chine continue de croire au mythe du soldat Lei Feng

© © en.wikipedia.orgLa Chine continue de croire au mythe du soldat Lei Feng
La Chine continue de croire au mythe du soldat Lei Feng - Sputnik France
L'histoire d'après laquelle les étudiants de l'académie militaire principale des Etats-Unis auraient étudié les idées de Lei Feng, soldat exemplaire de l'époque de Mao Zédong, circule à nouveau sur le web chinois. Un de ces jours l'auteur de ce vieux canard a une nouvelle fois reconnu sa bourde : le journaliste chinois n'a pas compris l'humour de la publication américaine. Mais la vie démontre que des beaux mythes ne veulent pas mourir pas en Chine.

L'histoire reprise récemment par les blogueurs chinois remonte à 1981. A l'époque le stagiaire de l'agence Xinhua Li Zhurun a lu une information de l'agence américaine UPI. Il y a été dit que les élèves de l'académie militaire de West Point admiraient les idées socialistes du héros national chinois Lei Feng. Le jeune journaliste a aussitôt écrit un article dans les médias chinois. Il n'a par retenu une seule chose : l'information d'UPI a été publiée le 1er avril. « J'étais jeune à l'époque et je ne savais pas que les médias occidentaux inventaient des nouvelles pour ce jour », a écrit Li Zhurun dans son blog ayant qualifié cet article d'une de « ses plus graves erreurs de la vie ».

L'auteur lui-même n'a appris sa faute qu'en 1997 grâce à un article publié par une revue chinoise. Devenu professeur universitaire, il a souvent évoqué cette bévue pour l'exemple. Mais l'histoire prise au pied de la lettre a été tellement appréciée par les Chinois que de nombreux démentis sont restés inaperçus. Plus encore, l'histoire a eu une suite. Des foules de touristes chinois ont commencer à affluer vers West Point pour se persuader de sa véracité. En 2002, l'administration de l'académie a même répondu officiellement à un citoyen chinois : « Nous n'avons ni statue ni portrait de Lei Feng... Même si on en parle pendant les cours d'histoire ou de chinois, dans l'académie ni lui, ni sa conception du monde ne sont mentionnés ».

Néanmoins, le point final dans cette histoire n'a pas été mis. En 2009, un membre de la Conférence consultative politique du peuple chinois Liu Jianglong a lancé l'idée de demander à l'UNESCO d'éterniser « l'esprit de Lei Feng ». Le camarade Liu a tenté de persuader ses collègues en 2009 en disant : « Un des cinq portraits accrochés aux murs de la célèbre école de West Point est celui de Lei Feng et le code de conduite de l'académie comporte sa phrase « La vie humaine a ses limites, mais le service du peuple n'en a pas ».

En 2012, l'ambassade américaine en Chine a tenté une nouvelle fois de faire la lumière sur la situation avec Lei Feng ayant écrit sur son compte Weibo que l'histoire « n'était qu'un racontar ». Pourtant au début de cette année un blogueur chinois a réanimé l'histoire sur Weibo ayant obligé Li Zhurun de faire de nouveaux démentis.

En Chine, Lei Feng surnommé à titre posthume « rouage inoxydable de la révolution » par Mao Zédong est considéré comme symbole d'abnégation et de service sincère à son peuple. Les souvenirs à son effigie sont vendus aussi bien que les tasses et les T-shirts avec le Grand timonier.

Cependant ce personnage est très peu connu au-delà de la Chine. C'est pourquoi le tapage à propos des histoires inventées est même avantageux pour la Chine. D'autant plus que le pays ne brûle pas d'envie de se séparer de ce beau mythe. « Les gens ont du mal à accepter que ce qu'ils ont considéré comme signe de reconnaissance internationale de Lei Feng est une invention », a écrit Chine Daily dans son commentaire.

Ce n'est pas pour la première fois que des journalistes chinois prennent au pied de la lettre des blagues de leurs collègues occidentaux. En 2012, le Quotidien du Peuple en ligne a publié l'information des médias américains d'après laquelle le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a été reconnu « l'homme le plus sexy du monde ». Soit dit en passant, le texte abrégé a été reproduit même à Pyongyang. Mais la bévue la plus amusante a eu lieu en 2011. Plusieurs médias chinois ont communiqué que le président Barack Obama se proposait d'ériger une statue de Mao Zédong devant la Maison Blanche. Il s'est avéré que la chaîne de télévision Fox News a seulement rapporté qu'un jouet avec le protrait de Mao peint par l'emblème du pop art américain Andy Warhol a été suspendu à l'arbre de Noël dans la Maison Blanche.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала