Les déceptions ukrainiennes

© © Photo: REUTERS/Alexander ErmochenkoLes déceptions ukrainiennes
Les déceptions ukrainiennes - Sputnik France
L’absence de progrès, une situation économique difficile et le conflit armé en veilleuse peuvent décevoir sérieusement les Ukrainiens.

Et alors les hostilités deviendront encore plus acharnées. C’est le pronostic fait récemment à l’ONU. Les médias locaux, qui au moment du Maïdan promettaient une vie meilleure, constatent eux aussi un mécontentement des Ukrainiens par ce qui se passe dans le pays.

La guerre dans le Donbass focalise l’attention des Ukrainiens. Les canaux informationnels parlent principalement de cela, ne couvrant pratiquement pas les autres aspects de la politique intérieure nationale, d’autant moins l’économie et la sphère sociale. Sans doute, ils comprennent qu’autrement de nouvelles actions de protestation seront incontournables. Les grandes déceptions sont à venir. Un essor économique n’est attendu que par des optimistes incorrigibles, qui ignorent totalement que de nombreuses entreprises dans l’est du pays sont tout simplement mises en ruines, et les liens commerciaux avec le plus important partenaire sont rompus. Tout proche également est le moment de rembourser les dettes, qui dépassent de plusieurs fois les moyens du Trésor.

Et les premiers à le ressentir seront de simples citoyens, des habitants de Kiev, de Dniepropetrovsk et de Lvov, qui dépenseront plus et gagneront moins, et non les fonctionnaires et les « capitaines » du Maïdan.

La politique des autorités ukrainiennes ne prévoie aucune amélioration dans les temps qui viennent, estime le directeur du Centre de la conjoncture stratégique, Igor Konovalov.

« Tous les scénarios proposés par Porochenko et Iatseniouk sont ceux de la guerre. Cela finira par détériorer encore la situation en Ukraine. Les structures fortes ne sont pas en mesure de gagner, ni maintenir à l’infini la situation « ni guerre, ni paix ». Porochenko, suivra probablement, ce scénario. Iatseniouk veut l’armée ukrainienne organise une nouvelle offensive d’envergure. Le pays est conduit vers sa désintégration. »

La guerre dans le Sud-est semble être nécessaire pour Kiev afin de prévenir de nouvelles actions de protestation. La baisse du niveau de vie doit recevoir une justification. Les combats interminables demandent beaucoup d’argent et de forces. Et l’on cherche à expliquer par cela la ruine et le manque de moyens financiers. Mais en ce cas tôt ou tard la question devra se poser – pourquoi ne pas tout simplement arrêter cette guerre. A cet effet les médias ont créé l’image d’un ennemi extérieur – la Russie. C’est ainsi que les autorités espèrent endosser aux autres leur responsabilité pour tous leurs échecs, actuels et futurs, dit l’expert politique ukrainien Viktor Pirojenko.

« L’hystérie antirusse, va, probablement aller décroissant. Car elle était provoquée par le régime en place. Sur fond des échecs économiques et des promesses non tenues la confiance envers ces figures diminue. Mais cela ne veut pas dire que les états d’esprit antirusses vont disparaître. Ils se sont enracinés. La Russie est tenue pour coupable de tout. Même si la population commence à manifester son mécontentement par le pouvoir. »

Un nouveau Maïdan aura plutôt lieu – l’Ukraine a pris l’habitude d’exprimer son mécontentement de cette manière. Or une nouvelle « révolution » se déroulera plutôt sous les drapeaux de Bandera. Car la société est déjà contaminée par des idées nazies, tandis que les termes « patriote » et « partisan de Bandera » sont devenus pratiquement des synonymes.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала