Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Rafale: le premier client est toujours difficile à trouver

© Flickr / Alex PolezhaevФранцузский истребитель Рафаль
Французский истребитель Рафаль - Sputnik France
S'abonner
Le sort des Rafale se joue en Egypte. Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a confirmé des négociations avancées sur la vente de 24 avions de combat. Serait-ce la fin de la malédiction qui poursuit les Rafale sur trois continents (au Brésil, en Suisse, au Maroc, aux Emirats arabes unis)?

Dassault Rafale - Sputnik France
Rafale pour l'Egypte: Paris signera le contrat le 16 février
L'Egypte a la volonté mais il n'est pas du tout certain qu'elle soit capable financièrement d'acheter une escadrille de Rafales. Le deuxième point est de savoir si sur le plan politique l'Egypte réussit à passer outre l'alliance avec les Etats-Unis. Parce que l'armée égyptienne est standardisée sur l'armée américaine depuis le traité de paix israélo-égyptien de 1979, à la suite des accords de Camp David. Et les chasseurs-bombardiers égyptiens sont intégralement américains, en tout cas, à ce jour. Cela signifierait un choix politique particulier intéressant, un choix financier douloureux, parce que les Rafales sont d'excellents avions mais très chers, prévient Frédéric Encel, essayiste et géopolitologue français, spécialiste du Proche-Orient, maître de conférences à Sciences Po Paris et professeur à l'ESG (Ecole de Commerce et de Management).

Aujourd'hui, le Caire cherche une certaine indépendance vis-à-vis des Etats-Unis. Après 40 ans de partenariat, lorsque l'Egypte bénéficiait d'une aide militaire américaine, les relations se sont dégradées en raison du coup d'Etat contre le premier président élu démocratiquement Mohamed Morsi en juillet 2013. Depuis, l'Egypte cherche d'autres fournisseurs d'armes.

Tourner le dos aux F-16 américains au profit d'autres appareils pourrait provoquer des mesures de rétorsion plus ou moins cachées de la part de Washington. Acheter russe quand on est aujourd'hui l'Egypte, dans le cadre d'une espèce de nouvelle guerre froide signifieraient quelque chose de beaucoup plus virulent vis-à-vis des Américains. Sur le plan politique, acheter quelques canons, quelques chars — ce n'est pas acheter des escadrilles de chasseurs-bombardiers. L'acquisition des Rafales serait, évidemment, moins lourde de conséquences.

Que l'Egypte achète russe, américain, français, qu'elle achète quinze avions ou qu'elle en achète 150, le rapport des forces global entre l'Egypte et Israël ne sera pas considérablement modifié, continue Frédéric Encel. Aujourd'hui, on n'est plus du tout dans le contexte de 1973, par exemple: l'Egypte ne veut et ne peut en aucun cas menacer l'existence d'Israël même avec de nombreux chasseurs-bombardiers.

De l'autre côté, face aux Etats qui sont aujourd'hui soit très pauvres, soit effondrés, soit les deux, je pense au Soudan et à la Libye, on ne voit vraiment pas pourquoi et en quoi l'acquisition de nouveaux bombardiers neufs par l'Egypte change quoi que ce soit. Puisqu'aujourd'hui, l'armée égyptienne est de toute façon beaucoup plus puissante sur le terrain et sur le papier que ce qui reste de l'armée libyenne ou de la pauvre armée soudanaise.

Président américain Barack Obama - Sputnik France
Les USA suspendent leurs livraisons de chasseurs F-16 à l'Egypte
L'armée égyptienne est confrontée à une espèce de criminalité organisée, à un criminalo-terrorisme, de la part des djihadistes dans la péninsule de Sinaï. Est-ce que c'est avec des bombardiers qu'on pourrait chasser quelques centaines, peut-être, quelques milliers de terroristes qui se dissimulent à pied dans la péninsule montagneuse? Je ne suis pas un expert militaire, mais j'en doute un petit peu.

En réalité, vu les problèmes économiques majeurs, il n'est pas certain que l'Egypte, qui avait ouvert la voie aux exportations des Mirages en 1981, soit aujourd'hui l'arche de salut pour les Rafales. Ainsi, la France a beau suspendre les négociations avec l'Inde et le Qatar. L'Inde ne met pas ses œufs dans le même panier. Même lorsque l'Inde était allée à Moscou pendant la guerre froide, elle achetait des matériels militaires qui n'étaient pas exclusivement russes. C'est très intéressant: l'Inde ne veut pas être inféodée à l'une ou à deux grandes puissances et cherche autre chose — ça peut être la France ou d'autres pays. L'Inde, disposant depuis quelques années de fonds plus importants qu'autrefois, est capable d'acheter une centaine de Rafales, donc, une flotte aérienne de combat quasiment totale. Le Qatar n'en est pas capable. De toute façon, ses voisins, notamment, l'Arabie Saoudite, ne le toléreraient pas parce qu'il y a une vraie concurrence. De plus, le Qatar ne dispose même pas d'une centaine de pilotes pour pouvoir piloter tous ces avions. Donc, je ne pense pas que le Qatar soit le client primordial, conclut Frédéric Encel.

L'ironie du sort: le président russe Vladimir Poutine vient d'effectuer une visite au Caire pour renforcer la coopération militaire entre les deux pays. La rencontre présidentielle s'est ouverte par un geste emblématique: Poutine a offert un kalachnikov à son homologue égyptien Abdel Fatah al-Sissi.

D'après les informations dont nous disposons, les contrats conclus dans le domaine militaire ne prévoient pas la livraison de chasseurs russes à la partie égyptienne. Cependant, les fameux Sukhoï russes, les Su-35, auraient bien pu être évoqués comme alternative aussi bien aux F-16 américains qu'aux Rafales français.

Su-30MK - Sputnik France
Rafale: l'Inde pourrait renoncer au profit des Su-30 russes
Pierre d'achoppement en Egypte, la Russie concurrence la France en Inde. Rappelez-vous que la décision finale sur l'achat de 126 chasseurs français sera annoncée d'ici avril, avant la visite du premier ministre Narendra Modi en France et en Allemagne, et dépendra de la livraison des Mistrals à la partie russe. Dans le cas échéant, l'Inde se dit prête à acheter des Su-30MKI.

Pour le moment, la Russie tient entre ses mains une grande partie de la réussite des chasseurs français à l'étranger. Il n'est pas exclu que les Sukhoï mettront des bâtons dans les châssis des Rafales.

 

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала