Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Assad: le respect mutuel, base des relations de la Syrie avec d'autres pays

© REUTERS / SANA/Handout via ReutersSyria's President Bashar al-Assad (center L) meets with a French delegation headed by Senate member, Head of the Senate�s French-Syrian Friendship Committee Jean-Pierre Vial,(center R) in Damascus February 25, 2015,
Syria's President Bashar al-Assad (center L) meets with a French delegation headed by Senate member, Head of the Senate�s French-Syrian Friendship Committee Jean-Pierre Vial,(center R) in Damascus February 25, 2015, - Sputnik France
S'abonner
Des élus français en "mission personnelle" à Damas rencontrent Bachar el-Assad, défiant ainsi la ligne officielle de Paris, qui exclut tout contact avec le président syrien.

La Syrie développe ses relations avec d'autres pays sur la base du respect de la souveraineté et de la non-ingérence dans les affaires intérieures, a indiqué mercredi le président syrien Bachar el-Assad lors d'une rencontre avec des parlementaires français en "mission personnelle" à Damas.

"Tout au long de son histoire, la Syrie développe et renforce ses relations avec d'autres pays sur la base du respect de la souveraineté, de la non-ingérence dans les affaires intérieures et des intérêts communs", a déclaré M.Assad, cité par l'agence nationale SANA.

Syria's President Bashar al-Assad is seen during an interview with French magazine Paris Match,in Damascus,in this handout released by Syria's national news agency SANA on December 4, 2014. - Sputnik France
Emissaire de l'Onu: Assad "fait partie de la solution" en Syrie
Les membres de la délégation française, conduite par le sénateur Jean-Pierre Vial, président du groupe d'amitié France-Syrie au Sénat, se sont prononcés, pour leur part, pour la coopération dans différents domaines, notamment en lutte contre le terrorisme, dans les intérêts de la France et du peuple syrien.

Venus à l'invitation du ministère syrien des Affaires étrangères, les parlementaires français ont également été reçus par le président du parlement syrien Jihad el-Laham et ont rencontré les députés syriens.

Par cette visite à Damas, les parlementaires français ont en fait défié la ligne officielle de Paris, et le porte-parole du gouvernement s'est empressé de souligner qu'il ne s'agissait pas d'une "initiative officielle de la France".

Il s'agit d'une première depuis la rupture des relations diplomatiques avec la Syrie décidée en mai 2012 conjointement par la France, la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Allemagne et l'Espagne.

Syria's President Bashar al-Assad is seen during an interview with the American magazine Foreign Affairs published in Damascus January 26, 2015. - Sputnik France
Syrie: les USA exigent la démission d'Assad, comportement cynique
Un an après le déclenchement de la guerre civile en Syrie en mars 2011, la France avait décidé le 2 mars 2012 de fermer son ambassade à Damas. Le 29 mai 2012, dans le cadre d'une initiative commune à cinq pays européens, la France avait déclaré l'ambassadrice de Syrie et d'autres diplomates persona non grata. Depuis, Paris ne cesse de réclamer le départ du pouvoir d'Assad en soutenant politiquement, militairement et sur le plan humanitaire l'opposition modérée au président syrien.

Selon les Nations unies, le conflit syrien a déjà fait plus de 200.000 morts.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала