Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ukraine: des mercenaires espagnols font partie du bataillon Azov

© AFP 2021 Genya SavilovFighters of Ukrainian volonteer Azov battalion take part in military exercises not far southeastern Ukrainian city of Mariupol, on February 27, 2015
Fighters of Ukrainian volonteer Azov battalion take part in military exercises not far southeastern Ukrainian city of Mariupol, on February 27, 2015 - Sputnik France
S'abonner
Selon deux Espagnols accusés de participation aux hostilités dans le Donbass, d'autres ressortissants espagnols font partie du bataillon ukrainien Azov.

Танк Вооруженных сил Украины под Донецком. Архивное фото - Sputnik France
Ukraine: retirer tous les armements et les mercenaires étrangers
Des Espagnols combattent dans les rangs du bataillon ukrainien Azov et d'autres formations pro-Kiev, ont annoncé à Madrid les Espagnols Hector Arroyo et Sergio Becerra arrêtés la semaine dernière pour avoir participé aux hostilités dans le Donbass aux côtés des insurgés.

"J'ai des preuves attestant qu'il y a des Espagnols dans les rangs du bataillon néonazi Azov", a indiqué Sergio Becerra, qui a passé quatre mois dans le Donbass, de septembre à décembre 2014.

"Parmi ces Espagnols, il y a des mercenaires et des gens qui sont arrivés en Ukraine pour des raisons idéologiques", ajoute Hector Arroyo. Selon lui, l'Espagne n'arrête pas ces personnes parce que Madrid soutient Kiev en envoyant du matériel de guerre en Ukraine.

La semaine dernière, huit hommes soupçonnés d'avoir participé aux combats aux côtés des insurgés en Ukraine ont été interpellés en Espagne, puis relâchés après un interrogatoire. Selon le ministère espagnol de l'Intérieur, les activités des personnes interpellées "sapent la paix et l'indépendance" d'un Etat et sont contraires au statut neutre de l'Espagne dans le conflit ukrainien.

Une nouvelle trêve pour le Donbass - Sputnik France
Une nouvelle trêve pour le Donbass
Un responsable du Comité de soutien à l'Ukraine antifasciste, Ramiro Gomez, a dénoncé la politique de deux poids deux mesures de la justice espagnole qui n'accuse que les Espagnols qui soutiennent les antifascistes.

Selon Ivan et Meri, membres du Centre social Otubre de Guadalajara, personne ne traduit en justice les nazis espagnols partis en Ukraine, bien qu'ils publient des photos avec des armes et des croix gammées dans les réseaux sociaux.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала