Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Mélenchon: Poutine "première victime politique" du meurtre de Nemtsov

© Sputnik . Sergei Guneev / Aller dans la banque de photosПрезидент РФ В.Путин провел российско-кипрские переговоры
Президент РФ В.Путин провел российско-кипрские переговоры - Sputnik France
S'abonner
Selon Jean-Luc Mélenchon, l'assassinat de Boris Nemtsov aux portes du Kremlin a été utilisé par les médias "libres et indépendants" de l'Occident pour créer une ambiance de "Sadamisation" contre Poutine.

Jean-Luc Mélenchon, dirigeant du Parti de Gauche (PG) et député européen, a pris mercredi sur son blog la défense de Vladimir Poutine, "première victime politique" du meurtre de Boris Nemtsov.

Цветы на месте убийства политика Бориса Немцова - Sputnik France
Qui a tué Nemtsov? Analyse a contrario
"Un opposant est assassiné, Place Rouge. Il combattait Poutine, Poutine habite le Kremlin sur la Place Rouge! «Bon sang! Mais c'est bien sûr! Poutine l'a tué!» Hurrah! Quelle perspicacité!", ironise M. Mélenchon.

"La première victime politique de cet assassinat est Vladimir Poutine. Car il a été aussitôt traîné dans la boue par toute la presse «libre, éthique et indépendante» du monde entier, dénonciatrice ardente, sur ordre, des armes de destruction massive de Saddam Hussein, de l'Iran et de tous les autres articles de propagande prémâchée des USA", indique le député européen. 

Le malheureux a été assassiné à "la veille de la manifestation à laquelle il avait appelé en compagnie d'une autre grande figure de l'opposition, le raciste et antisémite Alexeï Navalny", rappelle l'ancien candidat du Parti de Gauche à la présidentielle.

People lay flowers in memory of Boris Nemtsov, seen at left, at the monument of political prisoners 'Solovetsky Stone' in central St. Petersburg, Russia, Saturday, Feb. 28, 2015. - Sputnik France
Boris Nemtsov, à qui profite le crime?
"A qui profite le crime? Certainement pas à Vladimir Poutine: cet assassinat arrive pour lui au plus mauvais moment sur le plan international et au plus mauvais endroit: devant chez lui, au Kremlin", estime Jean-Luc Mélenchon.

Selon lui, "Boris Nemtsov était un opposant extrêmement confortable pour Poutine car il était caricaturalement acquis aux ennemis de la Russie. Il était donc sans aucun danger politique et parfaitement inconnu de «l'opinion occidentale» avant sa mort".

"L'apologie de Nemtsov, illustrissime inconnu avant son meurtre, fonctionne comme un piège à naïf pour créer une ambiance de «Sadamisation» contre Poutine", conclut le leader du Parti de Gauche.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала