Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Suisse complète les sanctions contre la Russie

S'abonner
Berne a mis en application les sanctions supplémentaires contre la Russie adoptées en décembre 2014.

La Suisse a complété vendredi ses sanctions contre la Russie interdisant les investissements en Crimée et à Sébastopol, a annoncé le Conseil fédéral du pays sur son site officiel.

Panneau stop - Sputnik France
Journal chinois: Les sanctions contre la Russie absurdes et inefficaces
"Les investissements étrangers en Crimée et à Sébastopol sont à présent totalement défendus. Il est également interdit d'offrir certains services dans les domaines des investissements et du tourisme, ainsi que dans d'autres secteurs économiques. L'interdiction d'exporter des produits clés vers la Crimée ou Sébastopol a été élargie à d'autres biens", a indiqué le Conseil.

La Suisse a en outre ajouté 28 noms à la liste des personnes et des entreprises avec lesquelles les intermédiaires financiers suisses ne sont pas autorisés à nouer de nouvelles relations d'affaires et dont les relations d'affaires existantes sont soumises à déclaration. Ces individus et sociétés sont déjà visés par des sanctions européennes. 

Banderas de la UE y de EEUU - Sputnik France
Washington et Bruxelles divisés sur les sanctions
"Le Conseil fédéral, qui suit attentivement l'évolution de la situation en Ukraine, n'exclut pas de prendre des mesures supplémentaires le cas échéant", a conclu le Conseil.

Les relations entre Moscou et l'Occident se sont dégradées sur fond de crise en Ukraine et d'adhésion de la Crimée à la Russie en mars 2014. Les Etats-Unis, l'Union européenne, le Canada ainsi que l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont adopté un premier train de sanctions contre la Russie à la mi-mars 2014. Fin juillet, les Etats-Unis et l'UE ont instauré des sanctions contre plusieurs secteurs de l'économie russe. Moscou a riposté en imposant un embargo sur les denrées alimentaires provenant des Etats-Unis, de l'UE, de l'Australie, du Canada et de la Norvège.

Berne n'a pas adhéré à ces sanctions, mais a toutefois décrété certaines restrictions contre sociétés et banques russes en vue d'éviter que la Suisse ne serve à contourner les sanctions internationales en lien avec la crise en Ukraine.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала