Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Nucléaire iranien: les sénateurs américains mettent les bâtons dans les roues d'Obama

© REUTERS / Heinz-Peter BaderAn Iranian flag flutters in front of the United Nations headquarters, during an International Atomic Energy Agency (IAEA) board of governors meeting, in Vienna, March 4, 2015.
An Iranian flag flutters in front of the United Nations headquarters, during an International Atomic Energy Agency (IAEA) board of governors meeting, in Vienna, March 4, 2015. - Sputnik France
S'abonner
A la veille de la dernière séance de négociations sur le programme nucléaire iranien, le Sénat américain - contrôlé par les républicains - a tenté de saboter l'accord sur lequel avait misé le président démocrate Barack Obama, écrit jeudi le quotidien Kommersant.

Iranian Foreign Minister Mohammad Javad Zarif - Sputnik France
Téhéran/nucléaire: Netanyahou cherche à torpiller les négociations
Une semaine après la visite controversée à Washington du premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, qui avait appelé le Congrès à empêcher la signature de l'accord nucléaire avec l'Iran, les opposants républicains du président Barack Obama au Sénat ont lancé leur offensive décisive. Leur message sans précédent, adressé aux dirigeants iraniens et signé par 47 des 54 sénateurs, prévient Téhéran que tout accord éventuel avec la Maison blanche ne serait qu'une entente avec le président actuel dont le mandat expire en janvier 2017.

Cette Lettre ouverte à l'attention des leaders de la République islamique d'Iran n'a pas de destinataire concret et n'évoque pas les noms du leader suprême Ali Khamenei, du président Hassan Rohani ou d'autres responsables iraniens. La tonalité de la lettre témoigne d'un manque flagrant de respect envers les autorités iraniennes et frise souvent la moquerie: "Nous espérons que cette lettre élargira vos connaissances de notre système constitutionnel et favorisera la compréhension mutuelle et la clarté conformément au progrès des négociations sur le problème nucléaire".

Natanz, the main uranium enrichment center in the Islamic Republic of Iran - Sputnik France
Obama: le programme nucléaire iranien doit être gelé pendant dix ans
La lettre des sénateurs porte donc un message clair: même si les négociateurs américains et iraniens arrivent à trouver un compromis dans les semaines à venir, Téhéran doit savoir que les Etats-Unis se réservent le droit de revoir leurs engagements ou d'y renoncer après la présidentielle de 2016.
La Maison blanche et les congressistes démocrates ont considéré cette lettre comme un coup porté dans le dos des dirigeants du pays, qui tentent de régler de manière pacifique l'une des crises internationales les plus importantes actuellement.

Le président, en retour, a accusé "certains membres du Congrès" de créer une "coalition extraordinaire" avec les conservateurs iraniens. Hillary Clinton, qui pourrait devenir ce futur leader américain avec lequel les sénateurs républicains ont tenté d'impressionner Téhéran, a également essayé d'assouplir l'effet négatif de ce message aux yeux des autorités iraniennes. Ainsi, elle a souligné son soutien absolu aux efforts de l'administration Obama en matière de règlement de la crise nucléaire iranienne "Soit ces sénateurs aident l'Iran, soit ils nuisent au commandant en chef au moment où tout le monde compte sur le succès des efforts diplomatiques internationaux", a fait remarquer Hillary Clinton, ancienne secrétaire d'État et possible candidate à la présidentielle.

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu addresses a joint meeting of the U.S. Congress at the Capitol in Washington March 3, 2015. - Sputnik France
Netanyahu est prêt au conflit avec Obama pour empêcher un accord avec l'Iran

La Maison blanche craint que la lettre des sénateurs puisse faire le jeu des conservateurs iraniens. Ces estimations sont tout sauf infondées: les partisans de la ligne dure par rapport à l'Occident renforcent effectivement leurs positions à Téhéran, ce dont témoigne l'élection inattendue de l'ayatollah Mohammad Yazdi, opposant à l'accord nucléaire et au rapprochement débuté entre l'Iran et les États-Unis, à la présidence du Conseil d'experts, très influent. Cette institution joue un rôle important dans le système sophistiqué du pouvoir iranien et a notamment le droit de nommer et de destituer le leader suprême du pays, qui se trouve au sommet de la pyramide de pouvoir, au-dessus du président.

La nomination de l'ayatollah Yazdi signifie donc qu'Ali Khamenei pourrait être remplacé par un conservateur et que l'accord nucléaire, pas encore signé, pourrait subir un coup double: de la part de Washington et de Téhéran.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала