Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Mistral pour Moscou: la Russie tranchera d'ici fin avril

© Sputnik . Grigory Sysoev / Aller dans la banque de photosCудостроительный завод фирмы STX Europe в городе Сен-Назер
Cудостроительный завод фирмы STX Europe в городе Сен-Назер - Sputnik France
S'abonner
D'intenses négociations se poursuivent entre la France et la Russie sur le sort du contrat.

La Russie prendra une décision finale sur les porte-hélicoptères français Mistral d'ici fin avril, a annoncé le directeur général de l'agence fédérale russe d'exportation d'armements Rosoboronexport Anatoli Issaїkine.

Mistral - Sputnik France
Le second Mistral entame les essais en mer dans l’Atlantique
"Les délais du contrat nous permettent encore de négocier en vue de trouver un compromis. La décision finale devrait être prise d'ici fin avril", a fait savoir M.Issaїkine dans une interview accordée à RIA Novosti.

Selon lui, d'intenses négociations se poursuivent entre la France et la Russie sur ce sujet.

"Les négociations sont toujours en cours, il s'agit d'un processus intense et difficile, surtout pour la France", a indiqué le responsable.

La France devra dans tous les cas rembourser à la Russie l'argent versé par Moscou pour les BPC Mistral, conformément aux dispositions du contrat, souligne-t-il. Dans le même temps, M.Issaїkine estime que la non-livraison des Mistral portera notamment atteinte à l'image de la France.

Porte-hélicoptères Mistral - Sputnik France
Porte-hélicoptères Mistral
"Le plus lourd dommage sera subi par la partie qui ne respecte pas ses engagements. Il s'agit notamment d'une atteinte à l'image du pays, et je pense que la partie française en est parfaitement consciente", a affirmé M.Issaїkine.

La Russie et le constructeur naval français DNCS/STX ont signé un contrat de 1,2 milliard d'euros prévoyant la construction de deux bâtiments de guerre de classe Mistral en 2011. La livraison du premier des deux navires, le Vladivostok, aurait dû avoir lieu à l'automne 2014, mais elle a été suspendue par le président français François Hollande sine die au motif que les conditions "n'étaient pas réunies" en raison de la crise ukrainienne.

Moscou envisage de réclamer à la France une indemnité pour le non-respect du contrat.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала