Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L'UE divisée sur les sanctions antirusses

© Sputnik . European Parliament Мужчина смотрит на флаг Евросоюза
Мужчина смотрит на флаг Евросоюза - Sputnik France
S'abonner
La Russie, l'Ukraine, les accords de Minsk du 12 février: tous ces sujets devraient occuper une place centrale lors du sommet de l'UE qui vient de s'ouvrir pour deux jours, écrit jeudi 19 mars le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Les dirigeants de l'UE et les chefs de la diplomatie européenne se demandent encore s'il faut prolonger ou durcir les sanctions décrétées contre Moscou, mais ne parviennent pas à se mettre d'accord.

Drapeaux de l'Union européenne - Sputnik France
Faucons vs colombes: l’Europe divisée face aux sanctions contre la Russie
Les dirigeants européens auront beaucoup de mal à s'entendre sur le sort des sanctions économiques qui expirent en juillet, incluant l'interdiction de financer les banques russes, les entreprises de l'armement et les compagnies pétrolières, ainsi que de fournir des équipements aux raffineries et aux compagnies qui fabriquent des produits à double usage (c'est-à-dire à la fois civil et militaire).

Repousser la date de fin des sanctions nécessite l'accord unanime des 28 pays membres de l'UE. Or ces derniers sont divisés. "Les États membres de l'UE affichent ouvertement une divergence de points de vue et intérêts. Il n'y a pas de politique étrangère commune aux 28 pays", a reconnu à la veille du sommet le président du Conseil européen Donald Tusk.

Angela Merkel, canciller de Alemania - Sputnik France
Ukraine: Merkel opposée à la levée de sanctions contre la Russie
Les pays baltes, le Royaume-Uni, le Danemark, la Pologne et la Suède poursuivent une ligne intransigeante vis-à-vis de la Russie, insistant sur l'élargissement et la prolongation des restrictions, tandis que l'Autriche, la Hongrie, la Grèce, l'Espagne, l'Italie, Chypre et la Slovaquie ont adopté une position opposée. En particulier, comme le rapporte Bloomberg, le président chypriote Nicos Anastasiades et le premier ministre italien Matteo Renzi, qui se sont récemment rendus à Moscou, prônent l'assouplissement des sanctions. Le premier ministre grec Alexis Tsipras, qui rencontra des dirigeants russes début avril, est du même avis.

Paolo Gentiloni, ministre des Affaires étrangères de l'Italie - Sputnik France
Sanctions contre Moscou: Rome hostile à la prorogation automatique
Selon une source européenne anonyme haut placée, Donald Tusk a préparé pour le sommet une proposition pour conditionner les sanctions à l'accomplissement intégral des accords de Minsk (Minsk 2). Il a confirmé que les positions des États divergeaient concernant les mesures, et Tusk veut trouver une solution qui conviendrait à tout le monde. Le président du Conseil européen a consulté notamment le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, tous deux participants à Minsk 2. Selon lui, la version qui pourrait convenir à tous serait le maintien des sanctions contre la Russie jusqu'à la mise en œuvre intégrale des accords de Minsk.

Les sanctions et les relations UE-USA vues par les Européens - Sputnik France
Les sanctions et les relations UE-USA vues par les Européens
Olga Potemkina, chef du département des problèmes de l'intégration européenne à l'Institut de l'Europe affilié à l'Académie des sciences de Russie, a déclaré qu'à en juger par le brouillon du document final du sommet, l'annulation des sanctions n'est pas à l'ordre du jour. "Mais les opposants au durcissement des sanctions contre la Russie sont de plus en plus nombreux en UE. Si la Grèce s'était levée seule, fin janvier, contre la prolongation des sanctions contre des personnes physiques, le camp de l'opposition compte désormais au moins sept pays. Des rumeurs circulent même à Bruxelles selon lesquelles Merkel et Hollande ne sont plus du même côté des barricades", explique l'experte.

D'après elle, deux possibilités s'offrent aux dirigeants européens: soit ils annonceront le prolongement des sanctions sectorielles à l'issue du sommet, soit ils prendront cette décision au prochain sommet prévu en juin. "Je pense que Bruxelles attendra jusqu'en juin. Les opposants aux sanctions avertissent: la trêve dans le Donbass est si fragile que l'annonce de la prolongation des sanctions pourrait aggraver la situation. Et lorsque l'UE ne parvient pas à trouver un consensus, elle reporte généralement la décision le plus possible", conclut Olga Potemkina.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала