Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Assange: l'Etat islamique, fruit de la politique de l'Occident

© AP Photo / Raqqa Media Center of the Islamic State groupIslamic State fighters parade in Raqqa, Syria
Islamic State fighters parade in Raqqa, Syria - Sputnik France
S'abonner
Le fondateur de WikiLeaks a accordé une interview à un journal argentin.

The Islamic State is a radical Sunni group, currently controlling large swathes of land in Iraq and Syria. - Sputnik France
Noam Chomsky: l’État islamique, fruit de la politique américaine au Moyen-Orient
L'émergence du groupe Etat islamique est la suite logique de la politique irresponsable menée par l'Occident au Proche-Orient, affirme le fondateur du site WikiLeaks Julian Assange.

"Je ne dirai rien de nouveau: l'EI est un fruit direct de l'aventurisme occidental. Cet aventurisme a causé la destruction de la société libyenne et de la majeure partie de la société syrienne. A présent, l'Occident détruit l'Irak par sa politique irresponsable afin d'obtenir un accès à son pétrole et pour d'autres raisons géopolitiques", a estimé M.Assange dans une interview accordée au journal argentin Pagina12.

Les gens marchent sur les débris de bâtiments endommagés par l'EI en janvier de la ville syrien du Nord de Kobani - Sputnik France
Etat islamique, fruit de la politique de Washington, Bagdad et Damas (HRW)
"Nombreux sont ceux qui sont au courant des livraisons d'armes en Syrie et des tentatives de réduire l'influence iranienne dans l'Irak d'après-guerre en soutenant les sunnites", a-t-il indiqué.

Dans le même temps, certains pays, dont l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie sont parvenus à accroître leur influence et à se doter d'une certaine indépendance par rapport à Washington, poursuit M.Assange.

"En conséquence, les Etats-Unis ne sont plus le seul acteur géopolitique qui, avec Israël, détermine la situation au Proche-Orient", explique-t-il.

US flag waves while displaced Iraqis from the Yazidi community cross the Syria-Iraq border on Feeshkhabour bridge over Tigris River at Feeshkhabour border point, northern Iraq - Sputnik France
Obama: l'EI, "conséquence indésirable" de l'invasion US en Irak
L'EI a proclamé en juillet 2014 un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens sous son contrôle. Ce groupe ultraviolent, qui compterait près de 30.000 combattants selon la CIA, poursuit son agression. En mars 2015, l'EI a revendiqué les attentats qui ont fait des dizaines de morts en Tunisie et au Yémen.

Lundi, le président US Barack Obama a reconnu que l'Etat islamique était une "conséquence non intentionnelle" de l'invasion américaine en Irak.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала