Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La place de l'Ukraine en Europe

© Sputnik . Maks Levin / Aller dans la banque de photosАкции сторонников вступления в Евросоюз на Майдане
Акции сторонников вступления в Евросоюз на Майдане - Sputnik France
S'abonner
L'Ukraine est persona non grata dans l'Union européenne.

Du moins, c'est ce que pensent la plupart des Allemands et une moitié de la population de Grande-Bretagne et de France. Les sondages indiquent également qu'outre l'Ukraine les Européens ne voudraient pas l'entrée dans l'UE de la Moldavie et de la Géorgie. L'attitude traditionnellement neutre des habitants du Vieux Continent a cédé la place à une position plus dure. Les Européens laissent entendre qu'ils n'ont pas besoin de problèmes supplémentaires dont est lourde l'apparition de l'Ukraine dans l'UE.

Сторонники Евроинтеграции - Sputnik France
Les Ukrainiens craignent la Russie et se méfient de l'UE
Un an après la révolution de Maïdan les slogans sur l'avenir européen radieux pour les Ukrainiens restent irréalisés. Le président Piotr Porochenko a déjà tenu de nombreuses rencontres avec les politiques de Bruxelles. Ces derniers sont péremptoires disant que pour l'heure l'Union européenne n'est pas prête à l'adhésion de nouveaux membres. A la fin de février cette même idée a été énoncée par la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini qui avait déclaré que l'adhésion de l'Ukraine à l'UE n'avait pas été et n'était pas à l'ordre du jour. Accepter dans ses rangs un grand pays peuplé de plus de 40 millions d'habitants est trop risqué. En plus cela entraîne des responsabilités. L'expert du Fonds de la perspective historique Pavel Sviatenkov estime que Bruxelles n'y est pas disposé:

« L'UE s'élargit ces dernières années, mais elle le fait essentiellement en acceptant de petits Etats. C'est pourquoi il est peu probable qu'un pays aussi grand que l'Ukraine adhère à l'UE. L'Ukraine est un pays assez pauvre et pour y créer un niveau de vie décent selon les normes européennes il faudra investir des ressources financières immenses dont l'Europe ne dispose pas à l'heure actuelle. C'est pourquoi l'Ukraine peut subir le même sort que la Turquie et rester pendant de longues années sur le seuil de l'UE sans aucune garantie tangible d'être acceptée. Pour Bruxelles l'Ukraine est un pays qui pourrait se retrouver dans la zone d'influence de l'Europe et qui a peu de chances de devenir membre à part entière de l'Union européenne dans un avenir prévisible ».

Флаги Украины и Европейского союза - Sputnik France
Ukraine-UE: l'accord d'association a éloigné Kiev de l'adhésion (diplomate russe)
Pour l'Ukraine il est, en effet, difficile de devenir membre de l'UE. Selon le dernier rapport du FMI, à la fin de 2015 elle peut rattraper les plus pauvres pays d'Afrique en termes de dette publique. Celle-ci constitue d'ores et déjà près de 58 milliards de dollars et des prévisions indiquent qu'elle augmentera notablement au cours de ces cinq prochaines années. Voilà pourquoi les déclarations de Kiev d'après lesquelles l'Ukraine serait une partie de l'Europe sont tout à fait gratuites, estime le politologue Iouri Svetov:

« Les politiques européens ne réservent à l'Ukraine aucune place au sein de l'UE. L'Ukraine n'est pas considérée comme un membre à part entière ou même un candidat dont l'adhésion est proche. C'est une supercherie, une illusion inventées par MM. Porochenko et Iatseniouk. Les difficultés éprouvées par l'UE ne permettent pas de penser à l'adhésion d'un pays à problèmes comme l'Ukraine. A mon avis, ces 20 prochaines années l'Ukraine n'a aucun avenir réel dans l'UE ».

L'unique rôle réservé à l'Ukraine par les politiques occidentaux est géopolitique. Iouri Svetov est convaincu que la situation en Ukraine est utilisée par les dirigeants américains et européens pour affaiblir la Russie:

Флаг НАТО - Sputnik France
Expert US: l'Ukraine doit rester neutre et ne pas adhérer à l'Otan
« Il y a un certain jeu géopolitique où l'Ukraine joue le rôle du ballon botté à un moment voulu. Nous pouvons nous souvenir de Bismarck qui croyait que la division de la Russie et de l'Ukraine pouvait affaiblir la Russie. Nous pouvons évoquer également Zbigniew Brzezinski qui soulignait la nécessité de diviser la Russie et l'Ukraine dans son Grand échiquier. On est en présence du vieux principe de diviser pour régner. Tantôt l'OTAN, tantôt l'UE recourent au principe de la carotte à l'égard de l'Ukraine, mais ni l'une ni l'autre n'ont aucune intention de la faire adhérer ».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала