Où mène la “politique historique” de l'Occident?

© Sputnik . Club ZinovievOleg Nazarov, membre du Club Zinoviev
Oleg Nazarov, membre du Club Zinoviev - Sputnik France
Oleg Nazarov, membre du Club Zinoviev, réfléchit dans ce texte à la question des responsables de la Seconde guerre mondiale. Elle est en effet revenue dans l'actualité à la veille du 75e anniversaire de son déclenchement, commémoré en septembre 2014.
Club Zinoviev
Club Zinoviev - Sputnik France
Club Zinoviev

Quelques semaines avant le 75 e anniversaire du déclenchement de la Seconde guerre mondiale, qui s'est tenu début septembre 2014, la commissaire européenne Martine Reicherts a déclaré que la guerre avait été déclenchée par la Russie. Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié ses propos de "blasphème perfide qui anéantit la frontière entre le bien et le mal, insulte la mémoire des 27 millions de citoyens soviétiques qui ont sacrifié leur vie pour sauver le monde de la "peste brune".

Les objectifs de la "politique historique" des États-Unis

Презентация Зиновьевского клуба в Москве - Sputnik France
Les Russes veulent-ils la guerre?
Même si nous sommes d'accord avec la réaction du ministère des Affaires étrangères, nous ne devons pas oublier qu'en réalité rien de neuf n'a été déclaré par les politiciens européens de second ordre, qui se distinguent à peine l'un de l'autre dans leur médiocrité. Il y a cinq ans, à la veille du 70e anniversaire du début de la Seconde guerre mondiale, une campagne de propagande massive anti-soviétique et anti-russe avait déjà été déployée à l'Ouest et dans certaines anciennes républiques soviétiques. La thèse de la responsabilité égale de l'URSS et de l'Allemagne pour le déclenchement de la Seconde guerre mondiale se faisait entendre à presque chaque coin de l'Europe. Jusqu'à présent, de telles déclarations et résolutions apparaissent en nombre. Faire sa promotion personnelle en diffamant les combattants du fascisme est devenu une nouvelle mode et une nouvelle "valeur" dans "l'Europe civilisée".

En révélant les causes de ce phénomène, Oleg Chichkine a remarqué à juste titre: "Il faut être très naïf pour supposer que les politiciens, les politologues et les journalistes en tout genre ont été happés soudainement par l'histoire et sont tellement préoccupés par le triomphe de la justice historique qu'ils "ne peuvent plus dormir ni manger". Il ne s'agit pas de recherche historique mais de "politique historique". La relecture de l'histoire de la Seconde guerre mondiale n'est donc pas un problème historique mais politique, et plus précisément géopolitique… La réécriture de l'histoire de la Seconde guerre mondiale est l'un des instruments de la construction d'un monde unipolaire et de l'établissement d'un nouvel ordre mondial — un projet qui représente les intérêts stratégiques des grandes puissances occidentales. Donc, l'enjeu de ce "jeu historique" n'est ni l'argent ni les morceaux de territoire, mais l'avenir de la Russie en tant qu'État souverain et centre indépendant de la civilisation et de la politique. D'ailleurs, en cas de succès, l'argent et les territoires nous seront, bien sûr, enlevés".

Павел Родькин - Sputnik France
De quelle couleur est la révolution que les USA ont préparée pour la Russie?
Si nous laissons ce plan se dérouler, les ressources naturelles nous seront aussi retirées. La taille et la structure de la population seront conformes aux paramètres optimaux selon le point de vue de Washington. Et la Fédération de Russie sera déchiquetée en "fiefs indépendants".

Le système de Yalta-Potsdam de relations internationales est le résultat de la Seconde guerre mondiale. En 1945, personne, y compris les États-Unis et la Grande Bretagne, ne contestait le rôle décisif de l'Union soviétique dans la défaite de l'Allemagne nazie et ses satellites. Étant l'un des créateurs du système de Yalta-Potsdam, l'URSS est devenue non seulement membre permanent du Conseil de sécurité de l'Onu, mais aussi l'adversaire principal des États-Unis dans le monde. Et elle l'est restée jusqu'à son effondrement.

Au début des années 1990, débarrassé de son concurrent, Washington a mis le cap sur la construction d'un monde unipolaire. Sur ce chemin, la Russie restait un obstacle, bien qu'assez faible. Pour changer le statut de notre État sur l'échiquier mondial a été lancée une campagne de réécriture de l'histoire de la Seconde guerre mondiale. À l'Ouest, les vainqueurs du fascisme sont représentés comme des agresseurs et déclencheurs de la guerre. L'histoire de la Seconde guerre mondiale est enseignée de telle sorte qu'il n'est pas surprenant que les écoliers américains et européens ne sachent pas qui a lutté contre qui en 1939 — 1945. Par contre, ils savent très bien que c'est l'Occident, et pas quelqu'un d'autre, qui a sauvé le monde du fascisme!

La "politique historique" des pays de l'Europe de l'Est

Владимир Лепехин - Sputnik France
"Brzezinski l'imposteur" contre "Poutine le chauvin"
Dans le jeu géopolitique global des États-Unis, certains rôles sont accordés aux pays d'Europe de l'Est. Leurs dirigeants se plient en quatre pour montrer leur loyauté envers les Américains et leur bonne volonté de mettre des bâtons dans les roues de la Russie et des Russes — même à leur propre détriment!

Les dirigeants de l'Otan utilisent à leurs propres fins l'élan de prétendue loyauté de ses nouveaux membres. De temps en temps, l'attitude dédaigneuse envers les États d'Europe de l'Est se fait tout de même sentir. En mai 2014, un scandale a été provoqué en Lettonie par le comportement des marins des pays de l'Otan à Ventspils. Voici ce que le maire de la ville Aivars Lembergs avait écrit au Secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen: "Les marins de l'Otan se comportent à Ventspils comme des cochons, en ignorant les lois lettoniennes et les règles obligatoires d'autogestion de Ventspils. En état d'ivresse, ils ont uriné dans les lieux publics et sur les vitrines, ils ont vomi et ont bu de l'alcool dans les lieux publics, ce qui est interdit chez nous. Ils ont également arraché des fleurs de parterres pour les donner à des prostituées. Ils se sont comportés comme des occupants qui ne reconnaissent pas la souveraineté de la Lettonie et ses lois".

Un aveu, dans un moment de colère, coûte cher. Les hommes politiques européens, surtout de la soi-disant "Nouvelle" Europe, sont rarement francs. Il n'y a qu'une chose qui n'est pas claire: de quelle souveraineté le maire de Ventspils parlait-il? Dans les années de la "perestroïka" de Gorbatchev, le slogan de la lutte pour l'indépendance était largement utilisé par les politiciens baltes qui se sont lancés dans la lutte pour le pouvoir et le partage des biens créés pendant l'époque soviétique. Ayant obtenu leur indépendance, ils se sont immédiatement précipité dans les bras pas très accueillants de l'UE et des États-Unis. Et maintenant, ils sont surpris que les atlantistes se comportent en occupants. Mais celui à qui on a coupé la tête ne pleure plus pour ses cheveux…

Dmitri Koulikov,  membre du Club Zinoviev de Rossiya Segodnya - Sputnik France
La fin de la démocratie. Et après?
En même temps, la "politique historique" des élites pro-occidentales des pays de l'Europe de l'Est permet de résoudre leurs propres problèmes. Le plus important d'entre eux est de conserver le pouvoir et la propriété, obtenus à la suite du pillage de l'"héritage soviétique". La "politique historique" doit présenter des faits et des arguments en faveur de la position anti-russe des séparatistes qui se sont emparés du pouvoir dans les anciennes républiques soviétiques.

Et ils utilisent tout ce qui leur tombe sous la main. Il y a cinq ans, le président ukrainien de l'époque, Viktor Iouchtchenko, a célébré le 350e anniversaire de la bataille de Konotopa — qui est loin de figurer parmi les plus importantes de la guerre russo-polonaise de 1654-1667. En septembre 2015, les dirigeants de la Lituanie se préparent à célébrer en grande pompe le 500e anniversaire de la bataille d'Orcha, lors de laquelle les forces combinées du Grand-duché de Lituanie et du Royaume de Pologne ont défait les troupes des voïvodes Ivan Tcheliadnine et Mikhaïl Boulgakov-Golitsa. Peu importe que la campagne de Smolensk qui a suivi cet événement ait été un grand échec pour les Polonais et les Lituaniens, et que la guerre russo-lituanienne ait encore duré pendant huit ans. La bataille d'Orcha a été gagnée — et faute de grives, on mange des merles.

Les historiens ukrainiens et baltes vont, sans aucun doute, continuer de chercher des événements historiques où leurs peuples ont confronté les Russes les armes à la main. Une autre tâche importante se dresse devant eux: "blanchir" les collaborateurs qui se sont mis au service des nazis et ont prêté serment de fidélité au führer du Troisième Reich, Adolf Hitler. L'attention touchante que les autorités ukrainiennes affichent depuis les années 1990 envers les combattants de l'Organisation des nationalistes ukrainiens, de l'Armée insurrectionnelle ukrainienne et de la "Division SS Galicie", n'est pas accidentelle. Celle des autorités estoniennes envers les vétérans de la 20e division SS de grenadiers et celle de leurs collègues lettons envers les combattants âgées des 15e et 19e divisions SS de grenadiers est également compréhensible. Ils étaient tous "patriotes de leur pays" et luttaient contre les "occupants soviétiques". Pas besoin de mentionner le fait que les punisseurs ukrainiens et baltes anéantissaient la population civile sur le territoire de la Russie, de la Biélorussie et de la Pologne…


"L'initiative venait de l'Occident"

Uncle Sam - Sputnik France
Guerre froide: deuxième acte
Dans mon article intitulé "Sur les traces des collaborateurs Nazis", j'ai donné ma réponse à la question de savoir qui a longtemps essayé de déclencher la Seconde guerre mondiale et a finalement réussi. Après cela, le journal gouvernemental Rossiïskaïa gazeta a publié un article de Leonid Radzikhovski, dans lequel il assurait les lecteurs qu'en août 1939, Staline voulait surtout que "Hitler partage le butin avec lui".

En réalité, il s'agissait de savoir contre qui Hitler allait se battre après la défaite de la Pologne. La signature du pacte de non-agression entre l'Allemagne et l'Union soviétique a tranché la question en notre faveur: la Wehrmacht s'est tournée vers l'Ouest, et l'URSS a obtenu le temps de se préparer pour une bataille décisive contre l'Allemagne, tout en se débarrassant du danger de la guerre sur deux fronts — le conflit armé de Khalkhin Gol contre le Japon militariste continuait encore.

Dans une interview que j'ai donnée avec Alexandre Zinoviev au journal Literatournaïa gazeta il y a dix ans, il a dit:

"La Seconde guerre mondiale a été socialement hétérogène. Elle contenait en soi à la fois deux types de guerre: une pour le repartage du monde et une autre sur le plan social, entre le communisme et le capitalisme. Au fond, la guerre de l'Allemagne nazie contre l'URSS a été une tentative des pays de l'Ouest d'écraser la communauté communiste en Union soviétique. La guerre sociale constitue la partie principale et fondamentale de la Seconde guerre mondiale. Enfin, ce n'était pas une guerre de partenaires également responsables de son déclenchement. L'initiative venait de l'Occident".

 

Oleg Nazarov, docteur en histoire, membre du Club Zinoviev de Rossiya Segodnya

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала