UE: la fronde couve contre les sanctions antirusses

© AP Photo / Yves LoggheThe EU nations flags are mirrored in the windows of the EU Council headquarters ahead of a two-day EU summit in Brussels, Wednesday March 12, 2008
The EU nations flags are mirrored in the windows of the EU Council headquarters ahead of a two-day EU summit in Brussels, Wednesday March 12, 2008 - Sputnik France
En intensifiant sa pression sur la Grèce, Bruxelles risque de créer un groupe de pays hostiles aux sanctions contre la Russie, avec des conséquences imprévisibles, met en garde le Daily Telegraph.

La Grèce pourrait fédérer un groupe de pays autour de l’opposition aux sanctions contre la Russie, ce qui risque d’avoir les conséquences les plus désastreuses pour l'UE, écrit Ambrose Evans-Pritchard, du Daily Telegraph.

Флаги России и ЕС на набережной Ниццы. Архивное фото - Sputnik France
Sanctions contre la Russie: sept pays de l’UE disent "stop"
Les sanctions actuelles contre la Russie expirent en juin prochain, leur prolongation impliquant l'aval des 28 Etats de l'UE. Mais si la Grèce frappe de veto de nouvelles sanctions, cela redonnera du courage au premier ministre hongrois Viktor Orban, qui rejoindra la "fronde".

La Slovaquie se retire elle aussi progressivement de ce qui a été autrefois le front européen unique visant à "retenir la poussée du Kremlin sur l'Ukraine".Le journaliste du quotidien britannique fait remarquer que Bruxelles peut faire pression sur un pays rebelle, mais ne pourra pas le faire quand tout un groupe d'insoumis verra le jour.

Мужчина смотрит на флаг Евросоюза - Sputnik France
L'UE divisée sur les sanctions antirusses
Tout porte à croire que les autorités de l'Union européenne perdent leur influence, telle est sa conclusion.

"Il est évident que si l'UE ne prolonge pas les sanctions contre la Russie, cela sèmera la discorde entre Bruxelles et Washington. Ce conflit ne cessera d'affaiblir l'Alliance atlantique et ce qui reste du système de sécurité occidentale", lit-on dans l'article.

Quoi qu'il en soit, la responsabilité pour ce qui arrive aujourd'hui à la Grèce incombe aux bureaucrates européens. Les créanciers européens de ce pays ne comprennent sans doute pas qu'au lieu de faire sans cesse pression sur Athènes, ils devraient faire des concessions, constate le Daily Telegraph.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала