Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Eurodéputé: Hollande prend une décision catastrophique sur les Mistral

© Sputnik . Alexey Filippov / Aller dans la banque de photosVladivostok amphibious assault ship of the French Mistral class in the docks of SNX France
Vladivostok amphibious assault ship of the French Mistral class in the docks of SNX France - Sputnik France
S'abonner
L'eurodéputé Gilles Lebreton a jugé absurde la décision de François Hollande de ne pas livrer les Mistral à la Russie. Le conflit ukrainien n'est pas un motif valable pour refuser la livraison.

Le député du parlement européen (FN) Gilles Lebreton regrette la décision du président français François Hollande de ne pas livrer les navires Mistral à la Russie, écrit le site saintnazaires.info.

Десантный вертолетоносный корабль-док Севастополь типа Мистраль на судостроительном заводе фирмы STX Europe в городе Сен-Назер - Sputnik France
Mistral: la Russie laisse à la France jusque fin avril
« Le président  François Hollande a pris une décision catastrophique de ne pas livrer les Mistral à la Russie », a déclaré Gilles Lebreton avant d’ajouter que c’est un manquement à la parole donnée vis-à-vis d’un client, la Russie.

Il a souligné l’absurdité de la décision, car la Russie est un client très intéressant pour l’industrie d’armement français, le conflit ukrainien n’est pas un motif valable pour refuser la livraison.

« Si la situation ukrainienne est délicate à gérer, il fallait engager beaucoup plus tôt que nous l’avons fait un dialogue, au lieu de quoi, on a menacé la Russie d’entrée de jeu. Et malheureusement la France commence à se rendre compte que ce n’était pas la bonne tactique », estime le député européen.

Gilles Lebreton a aussi évoqué les pénalités très fortes liées au contrat que la France devra payer. En outre, le coût de maintenance pour conserver les bateaux dans le port de Saint-Nazaire se chiffre à 400 000 euros par mois.

Le député européen a souligné que d’autres pays étaient prêts à commander des bateaux. « Mais quand ils voient la façon dont nous traitons la Russie, c’est de nature à les faire douter et à les détourner vers des concurrents ».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала