Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Menaces globales: Washington condamné à coopérer avec Moscou

S'abonner
Les Etats-Unis ne seront pas capables d’écarter sans coopération avec la Russie les principales menaces mondiales, estime le politologue américain Stephen F. Cohen.

Washington doit engager un dialogue effectif avec Moscou, la politique d'"isolement" de la Russie ne génèrera qu’une aggravation des actuels foyers de tension, a estimé Stephen F. Cohen, universitaire américain spécialiste de la Russie soviétique.

Bandera de EEUU - Sputnik France
Médias: Washington adopte une nouvelle stratégie à l'égard de Moscou
"Le monde est aujourd'hui devenu beaucoup plus dangereux qu'il y a 25 ans, à l'époque de l'URSS. Les puissances nucléaires sont devenues plus nombreuses, tandis que le contrôle sur les arsenaux nucléaires a faibli. Les conflits régionaux, ethniques et religieux se sont multipliés. Dans le même temps, on constate une recrudescence de l'extrémisme politique et de l'intolérance", a déclaré le politologue lors des débats publics Munk Debates à Toronto.

Et d'ajouter qu'aucun de ces dangers fondamentaux ne pourrait être écarté sans coopération avec la Russie, quelle que soit la personne qui se trouve au Kremlin.

"Même après l'éclatement de l'Union soviétique, la Russie reste le plus grand pays du monde en termes de territoire, à cheval entre la civilisation occidentale et celle de l'islam. La Russie possède plus de ressources que n'importe quel autre pays du monde, des ressources énergétiques jusqu'aux ressources hydrauliques. Et on ne doit évidemment pas oublier son arsenal d'armements. Enfin, que les Etats-Unis le veuillent ou non, la Russie a des partenaires et des alliés à travers le monde et même en Europe", a fait remarquer M.Cohen. 

John Tefft of Va., arrives to testify before the Senate Foreign Relations Committee on Capitol Hill in Washington, Tuesday, July 29, 2014, to be the new U.S. Ambassador to Russia - Sputnik France
Ambassadeur US: les relations avec la Russie entre coopération et rivalité
Selon l'expert, ceux qui conseillent de déstabiliser la Russie et d'œuvrer à un changement de régime dans ce pays commettent une erreur fondamentale.

"Tout d'abord, dans le contexte de la mondialisation en cours, il est tout simplement impossible d'isoler la Russie, ce pays étant trop grand. En dehors de l'Occident, Moscou a une large marge de manœuvre. Depuis que le président américain Barack Obama a déclaré que la politique des Etats-Unis visait à isoler la Russie, Moscou a signé plus d'accords de coopération économique, politique, militaire et financière que Washington", a rappelé le politologue.

"Ensuite, a-t-il poursuivi, une Russie isolée de l'Occident ne sera pas moins compétitive. Elle se rapproche d'autres Etats et peut se tourner là où elle le voudra, notamment vers l'Orient, ce qu'elle fait d'ailleurs à présent".

Et de souligner que les Etats-Unis avaient avant tout besoin au Kremlin d'un partenaire ayant les mêmes intérêts fondamentaux, sans que ce partenaire soit forcément un ami.

"Pour que cela puisse se faire, nous (Etats-Unis, ndlr) devons engager un dialogue effectif avec la Russie sur les problèmes de sécurité et sur toutes les autres questions", conclut M.Cohen.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала