Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Médias: Paris pourrait vendre les Mistral russes à la Chine

© AFP 2021 JEAN-SEBASTIEN EVRARDSevastopol (L) and the Vladivostok warships, two Mistral class LHD amphibious vessels ordered by Russia from STX France in Saint-Nazaire, western France, on December 20, 2014
Sevastopol (L) and the Vladivostok warships, two Mistral class LHD amphibious vessels ordered by Russia from STX France in Saint-Nazaire, western France, on December 20, 2014 - Sputnik France
S'abonner
Selon le journal Want China Times, la Chine figure parmi les acheteurs potentiels des navires de guerre Mistral que la France refuse de livrer à la Russie.

La France pourrait vendre à la Chine les deux navires de guerre de la classe Mistral construits pour la Russie, rapporte le journal chinois Want China Times se référant à l'édition chinoise Duowei News.

Hubschrauberträger des Typs Mistral - Sputnik France
Amiral français: vendre les Mistral à des pays tiers

"La Russie a signé un contrat avec la France sur l'achat de deux Mistral, mais les sanctions adoptées contre Moscou sur fond de conflit en Ukraine empêchent la réalisation de ce contrat. La France pourrait essayer de vendre les navires à d'autres pays tels que le Brésil, le Canada, l'Egypte ou l'Inde. Selon des récentes informations, la Chine serait considéré comme l'un des clients principaux", a indiqué le journal.

Deux navires de guerre français – le Dixmude, bâtiment de projection et de commandement de la classe Mistral, et l'Aconit, frégate de la classe La Fayette, sont arrivés le 9 mai dernier à Shanghai. Il s'agit de la première visite d'un bateau de la classe Mistral dans un port chinois.

Bâtiment de guerre de type Mistral - Sputnik France
Va-t-on couler les Mistral non livrés à la Russie?

La Russie et le constructeur naval français DNCS/STX ont signé en 2011 un contrat de 1,2 milliard d'euros prévoyant la construction de deux bâtiments de guerre de classe Mistral. La livraison du premier des deux navires, le Vladivostok, aurait dû avoir lieu à l'automne 2014, mais elle a été suspendue par le président Hollande sine die au motif que les conditions "n'étaient pas réunies" en raison de la crise ukrainienne. Moscou envisage de réclamer à la France une indemnité pour le non-respect du contrat. 

Entre-temps, le gel de la livraison du Vladivostok pose beaucoup de problèmes à la France, notamment au groupe DCNS, maître d'œuvre du programme.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала