Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Bernard Rogel: la France n'a pas besoin des Mistral russes

© Sputnik . Alexey Filippov / Aller dans la banque de photosVladivostok amphibious assault ship of the French Mistral class in the docks of SNX France
Vladivostok amphibious assault ship of the French Mistral class in the docks of SNX France - Sputnik France
S'abonner
Les militaires français estiment que les porte-hélicoptères doivent être sabordés en mer.

La Marine française n'a pas besoin des BPC Mistral construits pour Moscou, a déclaré le chef d'état-major de la Marine Bernard Rogel cité par le quotidien Le Monde.

The Sevastopol mistral warship is on its way for its first sea trials, on March 16, 2015 off Saint-Nazaire - Sputnik France
Médias: Paris pourrait détruire les Mistral commandés par Moscou
Selon le journal, les militaires français estiment que les navires doivent être sabordés en mer. Une telle solution du problème, sans doute douloureuse pour les employés des chatiers navals, est toutefois la moins onéreuse: les travaux de démantèlement coûteraient environ 20 millions d'euros.

Auparavant, les médias russes ont affirmé que la France envisageait de proposer à Moscou environ 785 millions d'euros à titre de dédommagement pour la rupture du contrat sur les Mistral. Cette somme ne sera payée à la partie russe que contre une lettre autorisant la cession des porte-hélicoptères à un pays tiers.

The STX Europe shipyard in Saint-Nazaire - Sputnik France
Député russe: Moscou doit réclamer 1,5 md EUR pour les Mistral
Pour sa part, le journal français Le Point a récemment estimé que l'annulation de la vente des BPC Mistral, le Vladivostok et le Sébastopol, à Moscou coûterait entre 2 et 5 milliards d'euros à la France au titre du contrat non rempli, soit quatre fois le montant du contrat.

Le constructeur naval français DNCS/STX a signé en juin 2011 un contrat de 1,2 milliard d'euros prévoyant la construction de deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral pour la Russie.

La livraison du premier des deux navires, le Vladivostok, aurait dû avoir lieu à l'automne 2014, mais elle a été suspendue par le président François Hollande sine die au motif que les conditions "n'étaient pas réunies" en raison de la crise ukrainienne.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала