Afghanistan: gouvernement et moujahids s'allient contre les talibans

© REUTERS / StringerA member of the Taliban insurgent
A member of the Taliban insurgent - Sputnik Afrique
Les autorités afghanes ont décidé de demander aux anciens chefs de guerre de les aider à combattre les talibans.

Les terroristes ont intensifié leurs attaques au nord et au sud du pays, et l'armée ne parvient pas à contrer cette vaste offensive. Les experts remettent en doute la loyauté des commandants de ces unités, et les locaux craignent que les tribus officiellement placées sous les armes aggravent les divergences interethniques.

Afghan security forces investigate the site of a bomb blast in Kabul, May 19, 2015 - Sputnik Afrique
Kaboul: 5 morts et plus de 40 blessés dans une puissante explosion
Cette décision de faire appel aux formations armées non-étatiques va complètement à l'encontre de la logique initiale du gouvernement afghan: la création d'une armée à part entière avec un système de commandement rigoureux devait justement mettre un terme au pouvoir de divers groupes armés, dont la combativité et la loyauté suscitaient des doutes.

Les forces armées et les unités de police afghanes formées avec le soutien des USA comptent plus de 300 000 hommes et sont relativement efficaces, malgré une baisse significative du soutien logistique et aérien des États-Unis. Cependant, elles essuient de lourdes pertes ces derniers temps. D'après un militaire occidental cité par le New York Times, entre janvier et avril 2015 2 000 hommes auraient été tués et environ 3 400 blessés.

Afghan policeman stands guard at the site of an attack in Kabul, Afghanistan May 14, 2015 - Sputnik Afrique
Kaboul: dix personnes, dont un Américain, tuées dans l'attaque d'une résidence
L'armée a enregistré des succès lors d'opérations militaires dans le sud du pays, mais fin avril les talibans ont soudainement lancé une vaste offensive au nord pour s'approcher de la grande ville de Kondoz. C'est là que les talibans ont procédé à des décapitations de prisonniers, contrairement à leur habitude. Selon les experts, il s'agissait ainsi de montrer que les talibans étaient des combattants tout aussi violents et déterminés que les extrémistes de l'État islamique.

Après cette offensive, un bataillon entier de l'armée afghane s'est retrouvé encerclé et le gouvernement a dû projeter des troupes d'autres régions pour venir en aide à la ville assiégée. Il a alors été proposé de faire appels aux anciens leaders de formations armées dont les batailles avaient divisé le pays à l'époque de la guerre civile.

Les Afghans craignent que si les groupes armés reprenaient le pouvoir, la population puisse également se retrouver divisée: chaque tribu soutiendra "son" commandant et sera hostile envers d'autres leaders.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала