Baltique : Contre la Russie, Suédois et Polonais renouent leur vieille coalition

© AFP 2022 WOJTEK RADWANSKI Andrzej Duda (R), presidential candidate of Law and Justice (PiS) right wing opposition party celebrates after the announcement of the exit poll results of the second round of the presidential election in Warsaw, on May 24, 2015
Andrzej Duda (R), presidential candidate of Law and Justice (PiS) right wing opposition party celebrates after the announcement of the exit poll results of the second round of the presidential election in Warsaw, on May 24, 2015 - Sputnik France
L'élection du candidat ultra-conservateur Andrzej Duda à la Présidence de la République de Pologne n'est pas une bonne nouvelle pour la Russie alors que, tout autour de la Baltique, une ancienne coalition semble se renouer contre elle. Analyse de Philippe Migault.

Eurosceptique, conservateur, nationaliste, M. Duda partage l'attachement de ses compatriotes à l'église catholique, pilier de la nation polonaise, et aux valeurs traditionnelles. Il affiche aussi sa réserve vis-à-vis de l'Allemagne et des institutions de Bruxelles. Mais c'est surtout un farouche partisan d'un renforcement de l'armée polonaise, qu'il juge indispensable pour faire face à la remontée en puissance de la Russie, l'ennemi traditionnel aux yeux de nombre de ses compatriotes. Suivant cette logique Andrzej Duda est bien entendu favorable à un renforcement des liens avec les Etats-Unis. "La meilleure solution pour la Pologne serait le stationnement sur son territoire de troupes américaines, seul moyen de garantir sa sécurité", estime-t-il.

Andrzej Duda - Sputnik France
Nouveau président polonais: quelle politique envers la Russie et l'Ukraine?
Cette élection, qui a surpris tous les observateurs, doit encore être suivie d'une victoire du parti de M. Duda, le PiS, aux législatives polonaises de l'automne prochain, pour que les conservateurs polonais puissent pleinement exercer le pouvoir dans le pays. Mais, quoi qu'il advienne lors du scrutin à venir, un fait est acquis: la Pologne confirme son alignement sur l'Amérique et son intégration au sein du bloc antirusse que Washington constitue en Baltique.

Du Golfe de Botnie aux rives de la Prusse, du Sund à l'embouchure de la Narva, les Américains jouent il est vrai sur du velours, tant l'hostilité envers la Russie relève quasiment de l'héritage culturel dans de nombreux esprits.

La Suède — dont le chef d'Etat-major des armées assurait il y a deux ans qu'elle n'avait pas les moyens de se défendre plus d'une semaine contre une agression — annonce qu'elle dispose d'un plan d'action en cas d'agression russe.

Four British Eurofighter Typhoons from the Royal Air Force arrive at Bodoe Main Air Station on the first day of the NATO Arctic Challenge Exercise, May 25, 2015 - Sputnik France
Suède: levée de boucliers contre les exercices de l'Otan
Son ancien dominion, la Finlande bat le rappel parmi ses 900 000 réservistes. Estoniens et Lettons multiplient les appels au secours, assurant que la Russie n'attend qu'une occasion de les réannexer. Lituaniens, Polonais et Ukrainiens enfin veulent créer une brigade commune…La vieille menace de l'Empire Suédois et de la Rzeczpospolita de ces Vasa qui, un temps, dominèrent la Baltique et réussirent, via Ladislas IV, à usurper la couronne de Russie, semble dans une certaine mesure se reconstituer.

Certes l'impérialisme qui prévalait en Suède aux dix-septième et dix-huitième siècles est un vieux souvenir. Loin de l'esprit de Charles XII, Suédois, Finlandais, Baltes n'ont plus pour ambition que le développement durable. La crainte de la Russie qui, peu à peu, les rapproche de l'OTAN, relève davantage de l'irrationnel que d'une analyse dépassionnée.

Danger Mines - Sputnik France
Face à la "menace russe", la paisible Suède montre les muscles
Les nationalistes polonais, en revanche, n'ont jamais totalement renoncé à reconstituer une zone d'influence dans leur « étranger proche », cette Ukraine que la Pologne contrôlait autrefois jusqu'au Dniepr et qu'elle tenta de reconquérir en 1920 sous l'égide du maréchal Pilsudski.

C'est dans cette perspective qu'il faut considérer la promptitude de certains élus polonais à se ruer sur le Maïdan dès les premières manifestations hostiles à Viktor Ianoukovitch. Il s'agissait de saisir l'occasion d'empêcher l'Ukraine de basculer vers l'Union Douanière et de repousser l'influence russe afin de mieux assoir la sienne.

Mais c'est aussi dans ce cadre que l'on doit examiner les récentes tensions qui se sont récemment manifestées en Pologne vis-à-vis d'un pouvoir ukrainien ayant décidé de réhabiliter par une loi mémorielle les nationalistes de l'armée insurrectionnelle ukrainienne, l'UPA, responsables de la mort de 80 000 Polonais de Volhynie en 1943.

Poland's President Bronislaw Komorowski delivers a speech at a tent erected in front of the entrance of the former Nazi concentration camp Auschwitz-Birkenau during the main ceremony to mark the 70th anniversary of the liberation of the death camp on January 27, 2015 in Oswiecim, Poland. - Sputnik France
Pologne-Ukraine: la glorification de l'UPA rend impossible le dialogue
Il n'est pas du tout certain, compte tenu de son nationalisme affirmé, qu'Andrzej Duda aura vis-à-vis des Ukrainiens la même tolérance et la même complicité que celles dont a fait preuve son prédécesseur.

Russophobie balte, ukrainienne et polonaise, vieilles haines toujours vivaces entre nationalistes polonais et ukrainiens, méfiance entre Varsovie et Vilnius: Sur les confins de l'Europe orientale les passions identitaires se réveillent avec force, comme sur tout le continent. Mais dans ces régions où le devoir de mémoire ne s'est jamais exercé, où les procès n'ont jamais eu lieu et où personne n'a jamais demandé pardon, cet éveil risque d'être beaucoup moins pacifique qu'en Europe de l'Ouest. 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала