Accord TTIP: Ankara insiste sur le respect de ses intérêts

La Turquie menace de sortir de l’union douanière avec l'UE, si ses intérêts économiques ne sont pas pris en compte lors de la signature du Traité transatlantique.

Ankara n'acceptera pas l'accord de Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement (TTIP), négocié entre les Etats-Unis et l'Union européenne, si ce document ne tient pas dûment compte des intérêts de la Turquie, a déclaré le vice-premier ministre turc, Numan Kurtulmus.

"Nous n'accepterons rien comme fait accompli, l'accord en question étant susceptible d'affecter sérieusement l'économie turque", a affirmé M.Kurtulmus lors d'une conférence économique à Istanbul, rapporte l'agence Anаdolu.

M.Kurtulmus s'est référé aux données d'une étude, selon lesquelles la signature de l'accord TTIP pourrait amener à la baisse de 2,5% de l'économie turque et à l'augmentation de 0,4% du chômage dans le pays.

Auparavant, le ministre turc aux Affaires européennes et négociateur en chef, Volkan Bozkır, a prévenu pour sa part qu'Ankara pourrait sortir de l’union douanière avec l'Union européenne, si les intérêts économiques de la Turquie n'étaient pas pris en compte lors de la signature du Traité transatlantique.

Turkish Economic Minister Nihat Zeybekci - Sputnik France
La Turquie veut se joindre à l'accord de libre-échange UE-USA
La Turquie qui n’est pas partie prenante aux négociations sur le libre-échange menées par l’Union européenne avec les pays tiers, est affectée négativement par ces accords de libre-échange. Aussi, exprime-t-elle ses inquiétudes à la suite des entretiens lancés par l’Union européenne et les Etats-Unis sur l’accord TTIP.

TTIP, TAFTA ou encore Traité transatlantique. Trois noms pour un même projet qui doit abolir tous les obstacles entre les échanges de chaque côté de l’Atlantique. Censé aboutir à la création de la plus grande zone de libre-échange du monde, cet accord doit réunir, selon ses partisans, des conditions propices à la croissance économique sur les deux rives de l'Atlantique. Le projet suscite toutefois de vives discussions au sein de l'UE. Ceux qui s'opposent à sa conclusion craignent une dégradation des conditions de travail pour les salariés, ainsi que des normes en matière de protection de l'environnement.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала