Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le scepticisme pour la patience

© AP Photo / Michel Euler, FileEuropean Council building is reflected in a photograph of the EU flag on the wall of the European Council building, in Brussels
European Council building is reflected in a photograph of the EU flag on the wall of the European Council building, in Brussels - Sputnik France
S'abonner
L’UE est unie aujourd’hui par une seule idée : l’euroscepticisme. Les eurosceptiques mécontents de l’intégration et aspirant à soutenir les Etats nationaux n’ont, néanmoins, pas de programme commun.

Флаги ЕС на улицах Брюсселя - Sputnik France
Média allemand: l'UE vacille face à l'avancée des eurosceptiques
Les politologues révèlent deux approches dans l'euroscepticisme: dure et souple. Les uns déclinent la conception d'Union et se prononcent pour la sortie ou la non-adhésion alors que les autres essaient de déceler les aspects positifs de l'intégration européenne mais sont mécontents des règles au sein de l'UE. Bruxelles ne prend pas le plus souvent en considération la spécificité et les problèmes de tels ou tels pays. Ces tendances sont déclarées dans tous les pays, dit la conseillère du directeur de l'Institut russe d'études stratégiques Elena Khotkova:

Je pense que plusieurs pays sont mécontents. Il existe des eurosceptiques traditionnels. Londres déclare ouvertement qu'il engagera le référendum. Cameron déclarait en participant aux récentes élections qu'en cas de victoire il engagerait le référendum national sur l'efficacité de la présence de la Grande-Bretagne dans l'UE. Les eurosceptiques deviennent de plus en plus nombreux dans chaque pays. Ils ont des positions fortes en Tchéquie, en France, aux Pays-Bas, au Danemark. Le parti polonais « Droit et Justice » se montre sceptique à l'égard de Bruxelles. Il existe dans chaque pays européen des forces qui critiquent.la bureaucratie européenne. C'est la tendance européenne commune. Les Européens prennent conscience de la politique antinationale de Bruxelles à l'égard des pays européens.

Tous les aspects de la vie européenne sont critiqués, en premier lieu liés au droit à l'identité nationale. Les uns sont mécontents du développement de la démocratie. D'autres n'estiment pas efficace le règlement des problèmes sociaux. Les nouveaux membres de l'UE ayant essuyé des pertes économiques sérieuses suite à l'adhésion ont une opinion particulière. Le chargé de cours de la chaire d'intégration européenne de l'Institut d'Etat des relations internationales de Moscou Alexandre Tevdoï-Bourmouli estime:

La Hongrie a substantiellement perdu suite à l'adhésion à l'UE, notamment dans le développement de l'agriculture. Le pays a été contraint de refaire son économie pour correspondre aux critères européens. Les réformes ne s'avèrent pas toujours positives. La situation politique en Hongrie est spécifique. Les conservateurs de droite sont au pouvoir. Cela est dû à la spécificité du développement politique hongrois. Les conservateurs ne s'inscrivent pas dans le cadre européen. La Constitution a été révisée il y a plusieurs années en Hongrie et l'UE s'en est montrée très mécontente.

Визит президента РФ В.Путина в Венгрию - Sputnik France
La Hongrie campe sur ses positions
Non seulement la Hongrie entre en conflit avec Bruxelles. De plus en plus de pays sont mécontents des sanctions qu'ils sont obligés d'observer à l'égard de la Russie. De plus en plus de pays évaluent ou ressentent déjà les conséquences de cette démarche, ajoute Elena Khotkova:

Bruxelles exerce la pression colossale sur les gouvernements nationaux en subissant, à son tour, la pression de Washington. Cela est fait pour démontrer la position commune de solidarité européenne. On signale l'inadmissibilité de la critique au niveau national. Nous voyons de plus en plus que les Européens assument le préjudice des sanctions. Près de la moitié: 11 pays de l'UE s'y opposent: la Grèce, Chypre, la Slovaquie, la Tchéquie, la Hongrie, en quelque sorte l'Autriche. Les Allemands se prononcent de plus en plus souvent pour rechercher un compromis.
L'attitude envers les sanctions antirusses complique les relations entre les pays européens. En plus des eurosceptiques, les fermiers sont eux aussi mécontents de l'exécution de la volonté de Bruxelles et d'autant plus des Etats-Unis.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала