Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Député français: couper les ponts avec la Russie, une voie sans issue

© Flickr / graham chandlerНациональная Ассамблея Франции, Париж
Национальная Ассамблея Франции, Париж - Sputnik France
S'abonner
Couper les relations bilatérales et multilatérales avec Moscou n’est pas constructif, seul le dialogue politique étant susceptible de contribuer à un règlement pacifique du conflit en Ukraine, selon Thierry Mariani, le vice-président du groupe France-Russie à l'Assemblée nationale.

Couper les relations bilatérales et multilatérales avec Moscou n’est pas constructif, seul le dialogue politique étant susceptible de contribuer à un règlement pacifique du conflit en Ukraine, a estimé mardi Thierry Mariani, député "Les Républicains" des Français de l'étranger et vice-président du groupe France-Russie à l'Assemblée nationale.

 "Si on veut arriver à une solution, il faut dialoguer. Ce que j'observe, c'est que la paix a progressé, mais quand? Quand les dirigeants se sont rencontrés en Normandie (pour la cérémonie du 60e anniversaire du débarquement, ndlr) ou quand les présidents se sont vus à Minsk. Par contre, de notre côté, on a coupé toute une série de contacts, comme à Moscou pour la cérémonie de la victoire du 9 mai. Et maintenant, on coupe nos relations parlementaires. Je trouve que ce n'est pas constructif du tout", a regretté le député dans une interview accordée à la radio Europe 1.

Selon le député, la "liste noire" de personnalités interdites d'entrée en Russie représente une riposte inévitable aux sanctions occidentales.

"La Russie a été très patiente. Depuis le 17 mars 2014, il y a une liste de 150 personnalités, dont une trentaine de parlementaires, qui sont interdits de venir en Europe. La Russie nous rend la pareille, c'est regrettable. Ces sanctions n'ont rien amené au niveau politique", a souligné le député.

Auparavant, les médias occidentaux ont publié la liste de responsables européens interdits d'entrée en Russie. Cette liste comprend près de 30 eurodéputés en poste ou anciens, des chefs de renseignement de la Grande-Bretagne et des pays Baltes, plusieurs responsables militaires britanniques, allemands, polonais et estoniens ainsi que le président du groupe public roumain "Transgaz".

La liste comprend aussi Bruno Le Roux, le patron des socialistes à l'Assemblée qui devait se rendre en Russie au mois de juin pour prendre part à une réunion de la commission interparlementaire franco-russe. Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone a décidé d'annuler la visite de députés prévue le 18 juin à Moscou.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала