Dette grecque: la réunion de la dernière chance échoue

© REUTERS / Yves HermanA Greek national flag (L) and a European Union flag flutter outside the Greek embassy in Brussels February 19, 2015.
A Greek national flag (L) and a European Union flag flutter outside the Greek embassy in Brussels February 19, 2015. - Sputnik France
Les négociations entre la Grèce et ses créanciers internationaux ont échoué dimanche, mettant Athènes au bord du défaut de paiement et compromettant son avenir au sein de la zone euro.

Les représentants de l'Union européenne ont rejeté sur Athènes la responsabilité de l'échec de la réunion. Selon eux, la Grèce n'a rien proposé de neuf afin d’attirer les fonds nécessaires au paiement de 1,6 milliards d'euros au Fonds monétaire international en juin.

Premier ministre grec Alexis Tsipras - Sputnik France
La Grèce face à l’ultimatum des créanciers
La Grèce se déclare toujours prête à dialoguer, mais les représentants de l'UE et du FMI indiquent ne pas être autorisés à poursuivre les négociations. Selon une source proche du dossier citée par l'agence Reuters, la situation revêt un caractère "bien triste".

"C'était la dernière tentative de surmonter les divergences, mais le fossé est toujours trop large. Il est bien sûr possible de discuter de ce fossé, mais il est grand comme l'océan", a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Dans le même temps, la Commission européenne a fait savoir que les ministres des Finances des pays membres de la zone euro évoqueraient le règlement de la dette grecque lors d'une réunion prévue jeudi 18 juin.

Greek national flags are displayed for sale at the entrance of a one Euro shop in Athens March 2, 2015. - Sputnik France
Sondage: les Européens refusent de rembourser la dette grecque
Un éventuel accord technique étant peu probable, les ministres européens pourraient être contraints d'adopter une décision politique difficile sur l'appartenance de la Grèce au bloc monétaire, affirme Reuters.

La possible sortie de la Grèce de la zone euro, après plusieurs années de négociations tendues et deux programmes d'assistance financière pour un montant total de 240 milliards d'euros, risque de porter un coup dur au projet d'union monétaire européenne.

Vendredi dernier, le premier ministre grec Alexis Tsipras a laissé comprendre qu'il était prêt à accepter un compromis douloureux prévoyant de nouvelles mesures d'austérité et des réformes en échange d'une aide financière. Cependant, la Commission européenne a déclaré que les propositions grecques étaient "incomplètes". Les créanciers exigent qu’Athènes réalise 2 milliards d'euros d’économies annuellement.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала