Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Welt am Sonntag: la stratégie nucléaire russe préoccupe l'Otan

© Sputnik . Anton Denisov / Aller dans la banque de photosПусковая установка комплекса "Тополь-М"
Пусковая установка комплекса Тополь-М - Sputnik France
S'abonner
L'Alliance a l'intention d'analyser soigneusement le potentiel nucléaire de Moscou.

Pour la première fois depuis la fin de la guerre froide, la stratégie nucléaire russe revient dans l'agenda de l'Otan, rapporte le journal allemand Welt am Sonntag.

Траспортировка пусковой установки Тополь на ВДНХ - Sputnik France
Russie: plus de 40 missiles nucléaires balistiques mis en service en 2015
Selon le média, les ministres de la Défense des pays membres de l'Alliance atlantique se réuniront à Bruxelles la semaine prochaine pour étudier un document confidentiel préparé par le commandement de l'Otan.

"Nous sommes profondément préoccupés par le rôle important attribué aux armes nucléaires dans la nouvelle stratégie de défense russe", écrit le journal se référant à un "diplomate haut placé" de l'Otan désireux de garder l'anonymat.

L'Alliance a l'intention d'analyser soigneusement le potentiel nucléaire de Moscou suite aux récentes déclarations du président russe Vladimir Poutine selon lesquelles la Russie envisageait de mettre en service 40 nouveaux missiles balistiques capables de franchir les systèmes antimissiles les plus sophistiqués.

Un militaire de l'Otan en Pologne - Sputnik France
Otan: la Force de réaction rapide ne fait pas le poids face à la Russie
Les ministres évoqueront également les moyens d'accélérer le déploiement des forces de réaction rapide de l'Otan, dont l'unité spéciale Spearhead force. Ses effectifs doivent être prochainement doublés pour passer à 30.000 hommes.

Le journal allemand cite en outre l'ex-conseiller du président US Jimmy Carter, Zbigniew Brzezinski, qui appelle l'Occident et l'Orient à un compromis politique. Selon lui, l'Ukraine devrait obtenir un statut similaire à celui de la Finlande, qui fait partie de l'Union européenne mais n'adhère pas à l'Otan.

Une telle solution permettrait à Kiev de maintenir ses liens avec l'Occident tant qu'avec la Russie, estime M.Brzezinski.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала