Grèce: manifestation massive en faveur du "non" au référendum

© REUTERS / Marko DjuricaProtesters attend an anti-austerity rally in front of the parliament building in Athens, Greece, June 29, 2015
Protesters attend an anti-austerity rally in front of the parliament building in Athens, Greece, June 29, 2015 - Sputnik France
Le 5 juillet, les Grecs se rendront aux urnes dans le cadre d'une consultation populaire sur un accord avec leurs créanciers internationaux.

Des milliers de manifestants se sont rassemblés devant le parlement grec lundi soir pour exprimer leur soutien au premier ministre Alexis Tsipras à l'approche d'un référendum sur l'acceptation ou non des mesures d'austérité imposées par les créanciers d'Athènes.

Les manifestants portaient des pancartes avec des inscriptions "Oxi!" ("non" en grec) appelant à rejeter la dernière proposition des créanciers.

L'actuel programme de sauvetage de la Grèce expire le 30 juin. Dans ce contexte, le gouvernement d'Alexis Tsipras demande une extension du plan d'aide au-delà de la date fixée afin de donner à la population la possibilité de se prononcer sur le plan d'aide européen.

A Greek national flag flutters next to a statue of ancient Greek goddess Athena, in Athens May 21, 2015 - Sputnik France
La Grèce obtient 24h de sursis
Le président de l'Union européenne Donald Tusk a indiqué "respecter" la décision d'Athènes d'organiser un référendum, tout en soulignant que l'éventuel rejet du programme d'aide ne ferait que compliquer les négociations entre Athènes et ses créanciers internationaux.

"Une chose doit être très claire: si quelqu'un estime que le gouvernement aura une position plus solide dans les négociations avec un vote négatif, celui-ci se trompe", a ajouté M.Tusk.

Le projet d'accord soumis au référendum a été présenté par la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) lors de la réunion de l'Eurogroupe le 25 juin.

Samedi dernier, le chef du gouvernement grec a appelé son peuple à dire "un grand non à l'ultimatum" des créanciers, ce qui a aggravé les craintes d'une éventuelle sortie du pays de la zone euro.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала