Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Président de la Bundesbank: un "Grexit" plomberait le budget allemand

© Sputnik . WikipediaJens Weidmann
Jens Weidmann - Sputnik France
S'abonner
Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a averti que la sortie de la Grèce de la zone euro se traduirait par un trou de plusieurs milliards d'euros dans le budget de l'Allemagne.

Selon Jens Weidmann, les pertes subies par la Bundesbank dépasseraient 14,4 milliards d'euros, somme des provisions destinées par l'Allemagne à lutter contre la crise de la zone euro, car la banque centrale subirait des pertes sur les titres grecs qu'elle détient. Ces derniers s'élèvent à 20 milliards d'euros.

Urne de vote - Sputnik France
Référendum grec: le "non" l'emporte avec 61,31% des voix
En outre, la sortie de la Grèce de l'UE priverait la Bundesbank de la possibilité de terminer l'année avec 2,5 milliards d'euros de bénéfices, la somme prévue auparavant, a ajouté le président de la Bundesbank.

Euro - Sputnik France
Référendum grec: l'euro baisse face au dollar après des résulats partiels
Selon le président du Parlement européen, Martin Schulz, la victoire du non au référendum en Grèce forcerait le pays à introduire rapidement une nouvelle monnaie. Néanmoins, Martin Schulz a indiqué que les Européens ne "laisseraient pas tomber" les Grecs.

"Peut-être devrons-nous accorder des crédits d'urgence à Athènes pour que les services publics continuent de fonctionner et que les gens dans le besoin reçoivent l'argent nécessaire pour survivre", a ajouté le président du Parlement européen.

En tout cas, si Athènes devait avoir recours à des aides d'urgence des Européens, cela "ne constitue pas une solution sur la durée", a prévenu Martin Schulz.

Plus de 61% de votants ont rejeté les propositions des créanciers de la Grèce lors du référendum qui s'est déroulé dimanche 5 juillet, contre 39% de votes en faveur du plan. Le gouvernement grec a déclaré que ces résultats symbolisaient la victoire de la démocratie. De son côté, le chef de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem juge ce bilan très triste pour l'avenir du pays.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала