Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

John Kerry à Vienne: une facture d'un million de dollars pour l'Autriche

© AP Photo / Pool Photo via APU.S. Secretary of State John Kerry leaves his hotel on the way to Mass at the St. Stephen's Cathedral in Vienna, Austria Sunday, July 12, 2015
U.S. Secretary of State John Kerry leaves his hotel on the way to Mass at the St. Stephen's Cathedral in Vienna, Austria Sunday, July 12, 2015 - Sputnik France
S'abonner
Le séjour à Vienne du secrétaire d'État américain John Kerry et de sa délégation pour les négociations sur le nucléaire iranien a déjà coûté à l'Autriche près d'un million de dollars, écrit lundi le quotidien Rossiïskaïa gazeta. Cette information a été rapportée par des sources diplomatiques.

Cette somme inclut les dépenses pour l'hébergement de Kerry et de ses accompagnateurs à l'hôtel Imperial, l'un des plus chers de la capitale autrichienne, ainsi que l'organisation du passage des cortèges du secrétaire d'État dans la ville, y compris le blocage de la circulation, la nourriture et d'autres dépenses.

Étant donné que les négociations ne sont pas encore terminées et que les délais exacts de la signature d'un accord sur le nucléaire iranien sont sans cesse repoussés, ces dépenses pourraient encore augmenter.

Iranian Foreign Minister Javad Zarif addresses a news conference after a meeting in Vienna November 24, 2014. - Sputnik France
"Ne fâchez jamais les Iraniens!"
John Kerry se trouve à Vienne depuis fin juin. En raison d'une fracture du fémur, le secrétaire d'État s'abstient de vols et se trouve donc en permanence à Vienne, contrairement aux autres ministres des Affaires étrangères participant aux négociations entre les Six et l'Iran.

Les négociations à Vienne semblent se prolonger. En dépit des rumeurs permanentes selon lesquelles un accord devrait tout de même être conclu, les parties, notamment l'Iran et les États-Unis, n'arrivent pas à s'entendre sur les conditions concrètes.

Téhéran insiste sur la levée immédiate des sanctions et de l'embargo sur les armes, tandis que Washington préfère repousser au maximum ce processus — de plusieurs années de préférence. Comme l'a déclaré Kerry le 12 juillet, toutes les options examinées actuellement suscitent des critiques au sein des deux chambres du congrès américain.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала