Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les USA déçus par la prise de distance du Kirghizstan

© Sputnik . Andrei Babushkin / Aller dans la banque de photosSiège du gouvernement kirghiz à Bichkek
Siège du gouvernement kirghiz à Bichkek - Sputnik France
S'abonner
Les Etats-Unis sont "déçus" que le Kirghizstan envisage de dénoncer unilatéralement l'accord de 1993 portant sur la collaboration entre les gouvernements des deux pays, à cause de l'attribution du prix Défenseur des droits de l'homme à Azimjan Askarov, condamné par la justice de son pays pour des crimes graves.

"Les Etats-Unis sont déçus par la déclaration du gouvernement kirghiz qui envisage de dénoncer l'accord bilatéral de 1993 à cause de l'attribution de prix Défenseur des droits de l'homme par le département d'Etat américain à Azimjan Askarov", selon le service de presse de l'ambassade des Etats-Unis au Kirghizstan.

Dans le cadre de l'accord de 1993 portant sur la coopération entre les gouvernements des deux pays, les Etats-Unis ont acheminé de l'aide pour le développement du Kirghizstan pendant plus de 20 ans, est-il précisé dans le communiqué de l'ambassade. La décision du gouvernement kirghiz pourrait mettre en danger les programmes visant la lutte contre l'extrémisme, la croissance, la création d'emplois, l'amélioration du système d'éducation et le soutien au développement démocratique, a-t-on indiqué à l'ambassade.

Города мира. Бишкек - Sputnik France
Le Kirghizstan dans le collimateur de Washington
Le ministère kirghiz des Affaires étrangères avait auparavant prévenu que l'attribution du prix à Askarov mardi dernier serait considérée comme un acte destiné à empêcher "le renforcement de la paix interethnique dans le pays" et mettrait en danger les relations bilatérales.

La Cour suprême avait condamné Azimjan Askarov à la réclusion à perpétuité pour attisement des haines interethniques, organisation de troubles et complicité de meurtre d'un policier lors des affrontements interethniques au sud du Kirghizstan en 2010. Les Etats-Unis estiment néanmoins que M. Askarov n'avait pas provoqué la foule pour lyncher le policier mais qu'il rassemblait les preuves visant à montrer que les actions des services de l'ordre violaient la loi.

 

 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала