Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Catalogne: des législatives aux faux airs de référendum

S'abonner
La campagne pour les législatives catalanes du 27 septembre prend de l'ampleur, écrit jeudi le quotidien Kommersant.

D'après les autorités locales, ce vote sera un baromètre des mœurs en Catalogne et, en cas de victoire des séparatistes, un pas important vers l'indépendance. Le premier ministre espagnol Mariano Rajoy s'est dit prêt hier à "se battre" contre les partisans de la séparation, tout en précisant que cette bataille resterait strictement dans le cadre légal. Madrid n'écarte pas le recours à un article de la Constitution qui permet d'instaurer, dans des régions autonomes, une administration directe. A leur tour, les Catalans ont menacé de proclamer leur indépendance de manière unilatérale.

Meeting en soutien de l'indépendance de la Catalogne - Sputnik France
Les indépendantistes catalans menacent Madrid de sécession
Le référendum sur l'indépendance de la Catalogne de 2014 et la réaction du gouvernement espagnol auraient dû réduire l'ardeur du leader catalan Artur Mas. Bien que plus de 80% des votants se soient prononcés le 9 novembre pour l'indépendance de la région, la majeure partie de ses habitants a tout simplement ignoré le référendum — le taux de participation n'était que de 37%. Par ailleurs, les autorités régionales n'ont pas réussi à faire reconnaître la légitimité de leur initiative par Madrid. Le gouvernement espagnol a qualifié le vote d'"exercice inutile" et a rejeté toute éventualité de "divorce à l'amiable".

Huit mois plus tard, le thème du séparatisme espagnol revient à la une des journaux espagnols. Et pour cause: le gouvernement de Mas tentera de faire des élections régionales du 27 septembre un nouveau référendum. Les partisans de l'indépendance de la Catalogne espèrent obtenir une majorité absolue au prochain parlement régional, après quoi ils initieront la procédure de séparation de Madrid. D'après les sondages, ces espoirs sont plutôt fondés.

A pro-Catalan independence flag (C) known as the Estelada hangs from a balcony in central Barcelona as Catalonia participates in a symbolic independence vote November 9, 2014. - Sputnik France
La Catalogne est prête à sortir du tête-à-tête malheureux avec Madrid...
Les partis et mouvements séparatistes catalans ont annoncé la semaine dernière qu'ils se présenteraient aux élections avec une liste commune. Plusieurs célébrités participeront à cette campagne, dont l'entraîneur de football Pep Guardiola. Les membres de la liste électorale ont déjà fait plusieurs déclarations fermes. En particulier, l'un des leaders de la coalition, Raül Romeva, a mis en garde: "Si, à travers ses décisions politiques ou juridiques, Madrid tentait de bloquer la procédure de séparation entre la Catalogne et l'Espagne, les autorités de la région proclameraient leur indépendance de manière unilatérale".

Hier, lors du dernier bilan au parlement catalan pour la dernière fois avant les élections, Artus Mas a fait un geste de réconciliation envers le gouvernement de Mariano Rajoy: après le 27 septembre il l'a appelé à s'asseoir à la table des négociations pour évoquer "comme des gens civilisés" l'avenir des relations entre Madrid et Barcelone. Plus tôt, les diplomates espagnols avaient laissé entendre que les autorités étaient ouvertes au dialogue à tous les sujets et n'excluaient pas théoriquement une redistribution des pouvoirs entre le centre et les régions. Mais ils rappelaient que la législation espagnole ne prévoyait pas la séparation d'une partie du territoire.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала