Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Terrorisme: la Turquie doit cesser de souffler le chaud et le froid

© REUTERS / Murad SezerA Turkish soldier shares a bottle of water with his comrade as they stand guard near the Mursitpinar border gate in Suruc, bordering with Syrian town of Kobani, Sanliurfa province, Turkey, June 27, 2015.
A Turkish soldier shares a bottle of water with his comrade as they stand guard near the Mursitpinar border gate in Suruc, bordering with Syrian town of Kobani, Sanliurfa province, Turkey, June 27, 2015. - Sputnik France
S'abonner
Ces derniers temps, la Turquie est confrontée à une nouvelle réalité.

participants à une manifestation à Istanbul - Sputnik France
Attentat-suicide en Turquie: manifestation contre l'EI et le gouvernement
Jusqu'à présent, le pays avait joué le rôle que l'Occident lui avait attribué — celui de zone de transit pour les militaires envoyés combattre aux côtés des forces antigouvernementales en Syrie. Au final, ceux qui sont partis lutter contre le régime de Bachar al-Assad ont créé l'organisation terroriste la plus puissante au monde. Face à cette nouvelle donne les autorités turques ont eu de plus en plus mal à distinguer, parmi les volontaires, les "vrais" combattants de l'opposition et les terroristes. De surcroît, Ankara doit aujourd'hui faire face à une "pakistanisation" selon les experts, c'est-à-dire le pays de transit, en fournissant des services de transport, de logistique et autres aux combattants, a vu le système se retourner contre lui: ces mêmes combattants ont commencé à présenter une menace pour la Turquie. La situation est aggravée par l'incertitude qui règne sur la scène politique intérieure, les dirigeants n'ayant toujours pas réussi à former un nouveau gouvernement depuis un mois et demi, ce qui complique considérablement toute prise de décision importante.

Les forces de sécurité essaient de prendre des mesures préventives mais le nombre d'étrangers ayant traversé dans le pays en lien avec la situation en Syrie a déjà dépassé plusieurs millions de personnes, ce qui complique significativement l'identification et la recherche des terroristes potentiels. Après l'attentat à Suruc et un incident à la frontière, la Turquie a complètement perdu son "immunité" contre ceux qui, jusque là, la voyaient comme un arrière-front fiable. À l'intérieur du pays ces derniers mois s'élèvent des voix qui appellent à collaborer avec le gouvernement syrien et à commencer, par des efforts communs, la lutte contre toutes les organisations terroristes se trouvant actuellement en Syrie. Il convient de noter que la plupart de ces appels viennent des hauts commandants retraités des forces armées turques.

la police turque - Sputnik France
Turquie: 251 interpellations lors d’un coup de filet antiterroriste
Le gouvernement turc a déjà déclaré qu'il prendrait toutes les mesures nécessaires pour empêcher l'accès au territoire du pays à tous les combattants potentiels. Cependant, après plusieurs années de transit délibéré, financé et organisé par les pays occidentaux et par les monarchies du Golfe, il ne sera pas facile de revenir en arrière. Il est évident qu'en l'absence de politique claire à l'égard de la résolution de la crise syrienne tant de la part de la Turquie que de ses alliés qui poursuivent, en grande partie, des objectifs très différents, il sera très difficile de prendre des mesures efficaces. Dans le contexte de l'approfondissement continu de la crise dans le pays voisin et du flux infini de réfugiés et de militants, on observe également la radicalisation de différentes couches de la société turque: les sympathisants de l'État islamique et d'autres mouvements radicaux sont de plus en plus nombreux. Ce fait a été confirmé par une opération policière d'envergure qui a eu lieu à travers tout le pays dans la nuit du 23 au 24 juillet, impliqué près de 7 000 agents de l'ordre et mené à l'arrestation de plus de 200 citoyens turcs et de près de 50 citoyens d'autres pays.

La communauté d'experts du pays se rejoint de plus en plus sur le fait que le problème syrien et celui de l'État islamique se transforment, pour la Turquie, d'un problème régional en problème intérieur".

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала