Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Moldavie et Géorgie, un pas de plus vers l'UE

S'abonner
L'Espagne a ratifié mardi les accords d'association UE-Moldavie et UE-Géorgie signés en juin 2014.

L'Espagne a présenté les documents sur la ratification des accords UE-Moldavie et UE-Géorgie au secrétariat général du Conseil de l'UE. Le ministère espagnol des Affaires étrangères a précisé que le roi Philippe VI avait signé les accords après leur approbation par le parlement de l'Espagne.

Ukrajinská vlajka - Sputnik France
Accord d'association Ukraine-UE: le parlement tchèque bloque la ratification
Selon le ministère, ces accords représentent un élément clé dans le développement des relations entre les deux pays et l'UE. Ils comprennent un programme ambitieux de réformes qui sera utile pour l'Europe, la Moldavie et la Géorgie.

"Ces accords prévoient également la création d'une zone de libre échange qui entraînerait l'intégration progressive de ces pays au marché européen", ont rapporté des représentants du ministère espagnol des Affaires étrangères.

La Moldavie et la Géorgie ont signé des accords d'association avec l'UE en juin 2014. Depuis la signature, plusieurs pays ont déjà ratifié les documents en question, dont l'Allemagne, la République tchèque, le Danemark, la Belgique et l'Espagne. Afin qu'ils entrent en vigueur, les parlements de tous les pays membres de l'UE doivent approuver les accords.

Флешмоб в честь вступления Украины в ЕС - Sputnik France
Porochenko: Kiev œuvre à la réalisation de l'accord d'association avec l'UE
Les accords d'association font partie de la politique de voisinage de l'UE, notamment du Partenariat oriental, qui a été élaboré pour l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie et l'Ukraine.

Le programme, inauguré en mai 2009 à Prague, a été présenté par le ministre polonais des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski avec l'assistance de la Suède. Il vise principalement le développement des relations économiques, politiques et culturelles entre l'UE et ses voisins orientaux. Pourtant, à l'époque, plusieurs médias européens faisaient remarquer que le programme donnait enfin la possibilité à l'Occident d'arracher des Etats postsoviétiques de la "zone d'influence" de Moscou.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала