Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Qui payera pour les Mistral? le contribuable français

© Sputnik . Alexei Filippov / Aller dans la banque de photosДесантный корабль "Владивосток" класса "Мистраль" в доках французской компании SNX France
Десантный корабль Владивосток класса Мистраль в доках французской компании SNX France - Sputnik France
S'abonner
Les contribuables français risquent de payer cher l'envie du gouvernement de se défaire au plus vite des porte-hélicoptères de type Mistral commandés et payés par la Russie, estime le magazine Echo.

The STX Europe shipyard in Saint-Nazaire - Sputnik France
Mistral: rupture officielle imminente du contrat
A l'heure actuelle, le sort des deux porte-hélicoptères Mistral construits par les chantiers de Saint-Nazaire pour la Russie, demeure incertain. Ainsi, le 30 juin, le conseiller du Kremlin chargé de la coopération technico-militaire, Vladimir Kojine, a déclaré que Moscou et Paris avaient pratiquement achevé les négociations sur la rupture imminente du contrat. Selon M. Kojine, conformément à l'entente intervenue entre les deux parties, la France aurait à rembourser à la Russie 1,36 milliard de dollars. Cette information a pourtant été démentie par François Hollande qui a fait savoir qu'aucun accord sur la rupture du contrat n'était encore signé.
Десантный корабль Владивосток класса Мистраль в доках французской компании SNX France - Sputnik France
Valls: des décisions importantes sur le Mistral à la fin de l'été

Pourtant, d'après l'Echo, l'avenir des Mistral compte encore plus que le montant de la transaction. 

"La marine française en a trois en service, elle n’en a pas besoin d’autres, et encore moins les moyens financiers. La solution, c’est de les revendre, et vite, quitte à les brader. Plus ils attendront à quai, moins bien ils vieilliront, assure un bon connaisseur du dossier. L’entretien courant pour les maintenir à flot coûte entre 1 et 2 millions d’euros par mois à DCNS, qui ne se fait pas d’illusion: l’Etat ne lui remboursera pas tout." 

Mais pour revendre finalement les Mistral, il reste encore à trouver un repreneur. Les autorités françaises comptent beaucoup sur le Canada, qui n'est habituellement pas cité parmi les pays les plus simples en matière d’achat d’armement. A priori, il y a encore d'autres intéressés, mais pas de repreneur concret.

L'économie française traverse déjà une période difficile et cette somme de plus d'un milliard d'euros à rembourser sera très lourde pour le budget. Il reste aussi à savoir qui supportera les frais de "dérussification" des navires. 

Puisque les Mistral ont été initialement construits pour la Russie, les bâtiments de projection et de commandement (BPC) sont adaptés au climat russe, le quid de propulsion et les plateformes élévatrices pour hélicoptères ont également des caractéristiques techniques modifiées pour la Russie. Sans oublier les interfaces pour l’électronique de bord et les étiquettes en russe.

Vu l’ampleur des travaux à réaliser, "la facture peut vite s’envoler et les prospects savent que Paris est pressé de vendre. Dans ces conditions pas vraiment idéales pour une négociation, le contribuable français a de grandes chances d’en régler une partie…"

The STX Europe shipyard in Saint-Nazaire - Sputnik France
Mistral: une question d'honneur pour la France
Dans une lettre ouverte adressée au président de la République le 1er août, les députés Thierry Mariani et Nicolas Dupont-Aignan ont également rappelé que la décision du chef de l'Etat sur les Mistral russes engagerait la réputation de la France, une question pas moins importante que l'argent à payer.


Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала