Les Américains pessimistes pour l’avenir de leurs enfants

© Sputnik . Alexei Naumovune poussette
une poussette - Sputnik France
La plupart des Américains estiment que leurs enfants auront une vie plus pauvre et moins heureuse que la leur.

Malgré les mythes répandus sur l'optimisme débridé et la confiance dans le rêve américain de l'opinion publique des Etats-Unis, un sondage réalisé par la société d'assurance Haven Life fait état d'attentes plutôt sombres parmi la population adulte du pays.

Le sondage a été réalisé au cours du premier trimestre de 2015 parmi 1.124 citoyens américains de plus de 18 ans. La majorité a déclaré que leurs enfants auraient probablement moins de ressources financières et mèneraient une vie moins heureuse que la génération actuelle d'Américains adultes.

Seuls 13% des sondés estiment que leurs enfants auront une meilleure situation financière et plus de possibilités qu'eux-mêmes.

Il est à noter que le scepticisme sur les capacités financières de la prochaine génération est presque identique chez les hommes et les femmes de différentes régions des Etats-Unis.

la population pauvre de Los Angeles - Sputnik France
Time: l'Amérique en déclin dans les classements internationaux
Une des raisons du pessimisme des Américains sur les perspectives financières de leurs enfants réside dans la situation très négative en matière de dette étudiante. Selon des données de la Federal Reserve Bank de New York publiées en avril dernier, le nombre d'étudiants ayant fait défaut sur leur dette a augmenté en 2012 à 1,2 millions de personnes, tandis qu'au début des années 2000 ce chiffre était d'environ 500.000.

"Le volume des prêts étudiants dépasse 1.000 milliards de dollars, et il n'y aucune chance que les étudiants soient en mesure de les rembourser", a noté le fondateur et PDG de Pershing Square Capital Management, Bill Ackman, en ajoutant que le problème de la dette étudiante représentait l'un des risques les plus graves pour la stabilité du marché du crédit américain.

Outre les problèmes financiers, les Américains craignent également que la qualité générale de la vie de leurs enfants soit pire que la leur. Près de 40% des sondés croient que la prochaine génération vivra une vie moins heureuse (y compris pour des raisons financières) qu'eux-mêmes.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала