Yémen: l'otage française Isabelle Prime libérée

© REUTERS / Khaled AbdullahWomen hold posters of Frenchwoman, Isabelle Prime (R) and her Yemeni translator Shereen Makawi during a protest to demand their release in Sanaa March 9, 2015.
Women hold posters of Frenchwoman, Isabelle Prime (R) and her Yemeni translator Shereen Makawi during a protest to demand their release in Sanaa March 9, 2015. - Sputnik France
La dernière otage française, Isabelle Prime, retenue au Yémen depuis le 24 février, a été libérée dans la nuit de jeudi à vendredi, notamment grâce à la médiation du sultanat d'Oman, et devrait rejoindre la France dans les prochaines heures.

"Notre compatriote Isabelle Prime a été libérée cette nuit", a annoncé l'Elysée dans la nuit, cité par l'AFP. Agée de 30 ans et originaire de l'ouest de la France, la jeune femme est "actuellement sous la protection des services français. Elle rejoindra notre pays dans les heures qui viennent", a indiqué l'Elysée, sans donner davantage de précisions sur le lieu et l'heure de son arrivée.

Houthi fighters in army uniform shout slogans as they march during a demonstration against the U.S. and the U.N. Security Council in Sanaa February 20, 2015 - Sputnik France
Yémen: une Française et son garde du corps enlevés
L'ex-otage est arrivée vendredi à l'aube à Oman, d'où elle doit repartir pour la France, selon l'agence officielle omanaise ONA. Elle a été "retrouvée au Yémen" grâce à des recherches menées par les autorités omanaises en coordination avec "certaines parties yéménites", a ajouté l'agence, citant un porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Mascate.

La dernière libération d'un otage français remonte à celle de Serge Lazarevic en décembre 2014, alors que le quinquagénaire franco-serbe était détenu depuis trois ans par le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans le nord du Mali. Il était alors présenté comme le dernier otage français.

Isabelle Prime, arrivée en 2013 au Yémen, travaillait pour la société Ayala Consulting, dont le siège social se trouve en Floride (Etats-Unis), spécialisée dans la conception de programmes de protection sociale. Francisco Ayala, président de la société, a précisé jeudi soir à l'AFP qu'il avait appris la libération de son employée via un coup de téléphone du ministère français des Affaires étrangères. "Toute l'affaire a été menée dans le plus grand secret", a-t-il affirmé. "Le gouvernement français ne nous a rien dit ni à moi ou ni même à son père" concernant les efforts visant à obtenir sa libération.

Son interprète yéménite Chérine Makkaoui et elle-même avaient été enlevées le 24 février à Sanaa par des hommes déguisés en policiers alors qu'elles se rendaient en voiture à leur travail. Chérine Makkaoui avait déclaré avoir été libérée le 10 mars à Aden (sud du Yémen).

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала