Bruxelles, nouvel eldorado artistique?

La ville belge de Mons et la ville tchèque de Plzen sont, cette année, les capitales culturelles officielles de l'Europe, mais les spécialistes sont nombreux à considérer que le véritable centre culturel du Vieux Continent se situe aujourd'hui à Bruxelles, écrit vendredi le quotidien Novye Izvestia.

La capitale belge n'a pas été choisie comme ville principale par les politiques européens, mais par les artistes, qui s'y rendent tous les ans des quatre coins de l'Europe et même d'autres continents. La ville était d'ailleurs la capitale culturelle officielle de l'Europe en 2000.

Les Bruxellois, qu'ils soient liés ou non au monde de l'art, ont compris que leur ville était devenue un centre culturel mondial en 2007, après l'ouverture à Bruxelles d'une filiale de la célèbre galerie Almine Rech.

Il y a peu de temps, Berlin était encore la Mecque des peintres et des propriétaires de galeries européens, mais elle a grandement perdu de son attractivité. D'autant qu'elle est une grande ville industrielle où il est difficile de pratiquer véritablement l'art. Contrairement à Bruxelles, on passe beaucoup de temps dans des fêtes et des soirées, et il reste peu de temps pour créer.

La Belgique est riche d'une tradition de création et de collection qui remonte à la Renaissance. De plus, Bruxelles jouit d'une situation géographique favorable entre Cologne, Amsterdam, Paris et Londres.

Manneken Pis - Sputnik France
Bruxelles: les rayons X perceront-ils les mystères du Manneken Pis?
Bruxelles, selon certains, doit sa vie culturelle très riche à l'absence de culture dominante, au règne du cosmopolitisme. La Belgique est un pays petit, complexe, profondément divisé entre les belges, flamands et francophones. Cette caractéristique distingue Bruxelles des autres centres culturels européens, y compris Paris et Berlin.

La vie sociale en ébullition, ainsi que la facilité relative de trouver un grand studio à un prix abordable est l'une des principales raisons pour laquelle on parle aujourd'hui de la capitale belge comme le "Berlin numéro deux". Les collectionneurs belges attirent à Bruxelles des galeristes qui, à leur tour, attirent les peintres. Ces derniers appellent les rénovateurs et les représentants d'autres métiers affiliés à la peinture. Et la boucle est bouclée.

La récente affluence de Français aisés qui ont fui vers Bruxelles pour ne pas payer les impôts élevés instaurés par les socialistes, contribue également au commerce. Il n'y a pas d'impôt sur la fortune en Belgique.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала