Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Abkhazie/Ossétie: la survie des Etats implique le règlement pacifique des conflits

© Sputnik . Dmitriy Astakhov  / Aller dans la banque de photosDmitri Medvedev
Dmitri Medvedev - Sputnik France
S'abonner
Le 8 août marque le triste anniversaire de la guerre déclenchée par Tbilissi contre l'Ossétie du Sud qui a fait de nombreux morts et blessés, y compris parmi les Casques bleus russes.

La Russie aide à normaliser et sécuriser la vie en Abkhazie et en Ossétie du Sud, et les derniers développements montrent que les conflits intérieurs ne doivent être réglés que par des moyens pacifiques, a indiqué samedi le premier ministre russe Dmitri Medvedev. 

"Notre pays a toujours aspiré à la paix dans le Caucase. Aujourd'hui, nous aidons à normaliser et sécuriser la vie en Abkhazie et en Ossétie du Sud. Les derniers développements prouvent une fois de plus que le règlement pacifique des conflits intérieurs est l'unique moyen de la survie des peuples et des Etats", a écrit le chef du gouvernement sur sa page Facebook. 

Et de rappeler que le 8 août 2008, rien qu'en quelques heures, des milliers des personnes avaient été tuées ou blessées à Tskhinvali, capitale sud-ossète. 

"A l'époque, des soldats de la paix russes ont été tués qui s'y trouvaient selon un mandat des Nations unies. Leur assassinat a constitué une grossière violation du droit international, un crime des plus graves. La riposte de la Russie a été dure, mais adéquate et correspondait aux normes et principes du droit national et international. Moscou s'assignait pour objectif principal de prévenir les pertes humaines et une catastrophe humanitaire", a souligné M.Medvedev. 

Le 8 août 2008, la Géorgie a lancé une offensive militaire contre l'Ossétie du Sud, détruisant la capitale sud-ossète Tskhinvali. La Russie est alors intervenue dans le conflit et a contraint la Géorgie à la paix avant de reconnaître l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, autre ancienne autonomie géorgienne. Depuis lors, Tbilissi considère ces provinces comme des "territoires occupés par la Russie".

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала