Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Okinawa refuse de se sacrifier au nom de la sécurité du Japon

© AP Photo / Eugene HoshikoProtesters in front of Camp Schwab
Protesters in front of Camp Schwab - Sputnik France
S'abonner
L'île d'Okinawa ne constitue que 0,6% du territoire japonais, mais elle abrite plus de la moitié des troupes américaines déployés aux Japon et 74% des sites militaires américains implantés dans ce pays.

Près d'un cinquième de la superficie de l'île est occupé par des bases, des aérodromes et des terrains militaires américains.

L'une des bases les plus connues — la base aérienne de Futenma —  est située au cœur de Ginovan, ville sur la côte ouest d'Okinawa. Le site est entouré d'habitations, d'écoles et d'hôpitaux. Les avions et les hélicoptères décollant de cet aérodrome militaire survolent les quartiers résidentiels, menaçant en permanence la sécurité de la population locale.

This picture taken on November 7, 2009 shows ribbon-messages saying no base against the US bases on the island, tied to a barbed wire barricade near the US military base Camp Schwab in Henoko on the eastern coast of Okinawa - Sputnik France
Base US au Japon: les autorités pourraient bloquer le chantier
En août 2004, un hélicoptère américain CH-53D est tombé tout droit sur l'Université international d'Okinawa située à proximité de la base. Selon les informations fournies à l'agence Sputnik par l'administration de la préfecture d'Okinawa, au total, huit accidents d'hélicoptères et sept accidents d'avions militaires se sont produits sur la base de Futenma. C'est la raison pour laquelle son aérodrome, entouré de toutes parts par des quartiers résidentiels, est considéré comme l'aérodrome militaire américain le plus dangereux du monde.

Les habitants et le gouverneur d'Okinawa souhaitent que la base soit transférée hors de l'île. Le commandement américain et le gouvernement japonais ont accepté d'évacuer la base de Futenma pour l'installer à Henoko, petite ville dans le nord d'Okinawa. Selon les médias japonais, à titre de récompense pour le préjudice subi par les insulaires, Tokyo a promis d'affecter 300 milliards de yens (environ 2,2 milliards d'euros) au développement économique d'Okinawa au cours de l'exercice financier 2016. Mais les habitants de l'île estiment que cette mesure ne suffit pas.

La préfecture d'Okinawa est actuellement en proie à une vague de manifestations contre la présence des bases américaines.

"Okinawa n'a connu ni de paix sans guerres ni de paix sans bases", a déclaré à Sputnik Yoshiko Uema (70 ans), militante d'un mouvement pacifiste. Selon elle, pour construire la base de Futenma, les autorités ont chassés les habitants de leurs foyers.

"Qu'est qu'une base militaire? C'est un lieu conçu pour la guerre. Elle est construite pour tuer des gens", a indiqué Mme Uema avant de rappeler que les avions américains avaient décollé d'Okinawa pour tuer pendant les guerres du Vietnam et d'Irak.

Un autre manifestant, Jushiro Yasuka, a déclaré ne pas être hostile à la présence de troupes américaines au Japon, car ce dernier n'est pas en mesure de se défendre seul. Il a cependant ajouté que le fardeau assumé par les habitants d'Okinawa était trop lourd.

"Moi qui suis Japonais, je pense que nous devons supporter un certain fardeau, mais celui que nous assumons actuellement est trop lourd. Les Japonais ont beaucoup changé: la plupart d'entre eux ne veulent plus se battre pour leur pays. C'est pour combattre à leur place qu'ils ont besoin de l'Amérique", a conclu M. Yasuka.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала