Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des hackers et des traders ukrainiens trompent les marchés US

S'abonner
Cinq des neuf membres d'un groupe criminel ukrainien qui réalisaient de gros bénéfices en bourse en utilisant des informations internes sur les revenus de grosses sociétés, ont été arrêté. Quatre hackers font toujours l’objet de poursuite. En quelques années, les fraudeurs ont gagné des dizaines de millions de dollars.

Des hackers ukrainiens ont piraté les serveurs de trois agences d’information spécialisées dans les affaires. Selon la partie poursuivante, ils ont volé 150.000 communiqués de presse avant leur mise en ligne. Des opérateurs de marché collaboraient avec les hackers pour intercepter des informations entre leur mise en ligne sur les fils de presse et leur publication. Dix ou quinze minutes gagnées avant la publication suffisaient pour vendre ou acheter des actions Hewlett Packard, Caterpillar ou Oracle sur le NASDAQ ou le New York Stock Exchange. Une partie de ces informations étaient vendues à des tiers.

D'après la partie poursuivante, les escrocs auraient gagné 30 millions de dollars en vendant des informations internes d’entreprises. Leur capture est un signe révélateur de l’emprise que les Etats-Unis peuvent avoir sur Kiev. En attendant, le parquet américain se vante de la coopération qu’il a pu mettre en place avec l’Ukraine.

Les hackers, travaillant principalement en Ukraine ont piraté à plusieurs reprises les serveurs de trois sociétés Marketwire, PR Newswire et Business Wire. Parfois, les hackers recevaient directement une demande d’informations précises sur telle ou telle entreprise.

La révélation au grand jour de ce groupe de hackers et des traders ayant vendu les informations est devenue la plus importante affaire de ce genre dans l'histoire des Etats-Unis, selon les experts. Les hackers ukrainiens risquent jusqu'à 20 ans de prison et des amendes se chiffrant en millions. Leurs avocats n’ont pas souhaité commenter l’affaire. A l’heure actuelle, même le communiqué officiel n'a pas encore été publié.


Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала