Moscou commence à préparer la rencontre Poutine-Obama

© AP Photo / Dmitry LovetskyVladimir Poutine et Barack Obama. Archive photo
Vladimir Poutine et Barack Obama. Archive photo - Sputnik France
Le Kremlin se prépare à une rencontre entre Vladimir Poutine et Barack Obama.

Vladimir Poutine et Barack Obama - Sputnik France
Poutine n’exclut pas de rencontrer Obama
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a admis hier que cette entrevue pourrait avoir lieu en marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York. Il s'agirait alors du premier entretien en tant que tel entre les présidents de la Russie et des États-Unis depuis le rattachement de la Crimée au territoire russe.

Sergueï Lavrov a déclaré mercredi aux journalistes qu'une rencontre entre les chefs d'État était envisageable si un tel signal était envoyé par Washington.

Le président russe compte participer en septembre à la session de l'Assemblée générale des Nations unies à New York. Jusqu'ici, il y était intervenu à trois reprises: en 2000, en 2003 et en 2005. En 2009, Dmitri Medvedev, président russe à l'époque, avait également prononcé un discours à la tribune de l'Onu.

Американский политолог Збигнев Бжезинский - Sputnik France
Brzezinski conseille à Obama de ne pas "humilier Poutine"
Si cette rencontre avait lieu, elle aurait surtout un caractère symbolique, pensent les experts. Dans le cas contraire, sa préparation aurait été annoncée plus tôt et les délégations ministérielles se seraient déjà réunies, déclare Andreï Kortounov, directeur général du Conseil russe pour les affaires internationales. Il suppose qu'en raison du planning des deux chefs d'État, qui participeront à plusieurs entretiens bilatéraux, leur rencontre ne durerait pas longtemps, mais que la simple communication entre les deux présidents montrerait qu'ils sont favorables à la recherche de compromis. D'autant plus que le mandat d'Obama se termine dans un peu plus d'un an et qu'il n'a aucune raison de s'investir aujourd'hui dans de grands projets avec le Kremlin. Quoi qu'il en soit, cette rencontre serait un signal positif pour les organismes et les dirigeants russes, par exemple, pour réduire le degré de la rhétorique antiaméricaine, estime l'expert.

Andreï Souchentsov, responsable de l'agence Politique étrangère et directeur des programmes du Club Valdaï, est encore plus optimiste. Selon lui, les circonstances sont favorables à cette rencontre: Washington n'a plus de certitudes concernant les actions de la Russie vis-à-vis de la crise ukrainienne, on constate une coopération constructive avec Moscou sur d'autres sujets, par exemple la question iranienne. Cette rencontre, si elle avait lieu, serait probablement consacrée aux questions d'actualité mais serait perçue "comme un événement symbolique, une percée", note l'expert.

US President Barack Obama (R) listens to Russian President Vladimir Putin - Sputnik France
Poutine souhaite bon anniversaire à Obama!
Cet entretien pourrait tout aussi bien n'avoir pas lieu. "Il est important pour la Russie de montrer la légitimité internationale de son chef de l'État, alors que pour les USA il est important de savoir si cette rencontre aura des conséquences positives [pour régler le conflit en Ukraine]", indique Andrew Weiss, vice-président de la Fondation Carnegie, sceptique quant à l'éventualité de ce contact. Et d'ajouter: "Toutefois, il ne faut jamais dire non s'il existe une opportunité d'arriver à un résultat".

Andreï Kortounov suppose qu'en évoquant cette rencontre, Sergueï Lavrov a fait une "offre publique". "S'il a fait une telle déclaration, elle indique que des consultations préliminaires [avec la partie américaine] ont tout de même eu lieu et que la réaction était positive", déclare l'expert. Si cette rencontre ne se tenait pas, ce serait un signal à la Russie, à l'establishment américain et au monde entier montrant que "l'administration d'Obama estime impossible le dialogue avec Vladimir Poutine". Dans ce cas, il faudrait s'attendre au renforcement de la rhétorique antiaméricaine du Kremlin et des conséquences pour les organisations américaines travaillant en Russie, conclut Andreï Kortounov. 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала