Allemagne: l’industrie militaire peut dire merci à l’Ukraine

Une nouvelle perception de l'ennemi a incité les politiciens à faire de nouveaux investissements en armement ce qui permet à l'industrie allemande de l’armement de revivre un formidable essor, écrit l’édition allemande Deutsche Wirtschafts Nachrichten.

Ukraine's President Petro Poroshenko (2nd L) listens to explanations as he inspects a military drill - Sputnik France
Ukraine: les dépenses militaires 2015 équivalentes à 2 Mistral
L'Allemagne reste le quatrième exportateur d'armes dans le monde après les États-Unis, la Russie et la Chine. Ces derniers temps le complexe militaro-industriel allemand a dû faire face à la réduction des dépenses de défense en Europe. Cependant, une nouvelle "guerre froide" a ranimé l’intérêt de l’Union européenne et des membres de l’Otan pour les armes "Made in Germany". Les combats dans l'est de l'Ukraine ont incité les politiciens à faire de nouveaux investissements en armement, note l’édition allemande.

"L’Occident et l'Otan s’intéressent particulièrement aux bâtiments et au renouvellement des applications spécifiques. L’Otan est consciente de son manque de dissuasion conventionnelle" précise le directeur de l’entreprise Krauss-Maffei Wegmann (KMW), Frank Haun. La société, dont le siège est à Munich, produit entre autres le char Leopard et a récemment signé un partenariat avec le leader français de la défense terrestre Nexter Systems.

«Leclerc» на военном параде в честь дня взятия Бастилии в Париже (2006) - Sputnik France
Un nouveau-né franco-allemand sur le marché de l’armement

Le conglomérat industriel allemand Rheinmetall AG spécialisé dans les canons, les munitions et les systèmes de feu du char Leopard a aussi bénéficié de la crise en Ukraine. "L'Ukraine a fait de la lutte défensive un spectacle politique", a fait remarquer un porte-parole de l’entreprise, dont les commandes ont augmenté au premier semestre de 18 %. En 2015, Rheinmetall AG prévoit que ses contrats d'armements atteignent près de 2,4 milliards d'euros.

L'augmentation des exportations d’armes à destination de l'est est accompagnée d'un changement profond dans la stratégie de l’armée allemande, la Bundeswehr. La ministre de la Défense Ursula von der Leyen a été appelée cette année par le gouvernement allemand à élaborer une nouvelle doctrine militaire qui classe la Russie non plus comme un "partenaire importent", mais comme une "menace".

Cette nouvelle doctrine démontre, selon Deutsche Wirtschafts Nachrichten, qu’Angela Merkel suivra les exigences des Etats-Unis, qui considèrent légitimes les actions militaires contre la Russie. En outre, la nouvelle doctrine a pour la Bundeswehr un gros avantage: les chefs militaires ont enfin une désignation claire de l'ennemi sur lequel ils peuvent se concentrer.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала