Accords de Minsk : le "trio Normandie" confirme l'absence d'alternative

© REUTERS / Mykola Lazarenko / POOLAccords de Minsk : le "trio Normandie" confirme l'absence d'alternative
Accords de Minsk : le trio Normandie confirme l'absence d'alternative - Sputnik France
Les dirigeants de l'Ukraine, de la France et de l'Allemagne étaient hier à Berlin pour évoquer la situation dans le Donbass - des négociations tenues sans la participation du président russe Vladimir Poutine, normalement membre du "format Normandie".

Les sources diplomatiques russes ne voient rien d'alarmant dans cette absence: "Nous demandons en permanence à nos partenaires européens de travailler plus activement avec leurs clients à Kiev. C'est ce qu'ils font".

Le président français François Hollande, le président ukrainien Piotr Porochenko et la chancelière allemande Angela Merkel - Sputnik France
Le jour de l'Indépendance ukrainienne, Porochenko "se fait gronder" par Merkel
Avant de se rendre à Berlin, le président ukrainien avait affirmé que les Accords de Minsk n'avaient pas d'alternative, prônant ainsi la poursuite du travail du groupe de contact "Ukraine — républiques autoproclamées de Donetsk (DNR) et de Lougansk (LNR) — OSCE — Russie". Après cette déclaration présidentielle, le représentant de la LNR au sein du groupe de contact Viatcheslav Deïnego a déclaré qu'il comptait particulièrement sur la prochaine étape de négociations à Minsk. Les participants devraient évoquer mercredi les questions relatives au processus politique — le statut particulier du Donbass, la réforme constitutionnelle en Ukraine et l'organisation des élections municipales —, l'accord sur le retrait des armements de calibre inférieur à 100 mm dans le Donbass et les conditions d'échange de prisonniers.

"Il est évident qu'à Berlin, on a exigé de Petro Porochenko des mesures concrètes pour remplir les conditions fixées dans les Accords de Minsk", affirme Mikhaïl Pogrebinski, directeur du Centre d'études politiques et de conflictologie de Kiev. A l'issue de la rencontre, Angela Merkel a réaffirmé que le thème principal avait été les conditions d'organisation des futures élections dans les régions du Donbass non contrôlées par les autorités ukrainiennes.

Mais aucun progrès notable n'a pourtant été enregistré: Porochenko a réaffirmé qu'il s'opposait formellement à l'organisation d'élections qui ne respecteraient pas la législation ukrainienne — un "immense danger" pour les Accords de Minsk selon le président ukrainien. Donetsk a balayé catégoriquement les accusations de Kiev selon lesquelles un scrutin le 18 octobre (et non le 1er novembre comme le fixe la loi ukrainienne) serait illégitime.

Normandy Format Meeting - Sputnik France
L’accord de Minsk tiendra-t-il ?
Les parties ont également évoqué les amendements à la Constitution ukrainienne proposés par Porochenko pour la décentralisation du pays. Selon lui, ces changements "correspondent entièrement aux Accords de Minsk". Toutefois, l'adoption de ce projet à Kiev pourrait rencontrer de sérieux problèmes car la majorité constitutionnelle de 300 voix nécessaires pour adopter le texte en deuxième lecture n'est pas réunie. L'un des objectifs de la visite de Porochenko à Berlin consistait à expliquer cette situation aux partenaires occidentaux.

Quoi qu'il en soit, le principal résultat de cette réunion a été la reconnaissance par tous les participants de l'immuabilité des Accords de Minsk. Ils se sont également prononcés pour la poursuite des réunions au format Normandie avec la participation du président Poutine. Angela Merkel a promis hier d'informer le dirigeant russe des résultats des négociations "personnellement ou par téléphone" sans écarter la possibilité d'organiser prochainement un sommet à quatre.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала