Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Porochenko voit encore des soldats fantômes russes en Ukraine, Berlin lassé

© REUTERS / Mikhail PalinchakPiotr Porochenko
Piotr Porochenko - Sputnik France
S'abonner
Si le président ukrainien Piotr Porochenko a de nouveau affirmé gratuitement que les forces armées russes étaient présentes dans le Donbass, Berlin, qui semble avoir finalement compris, ne blâme plus la Russie. En attendant, l'Ukraine continue à s'armer au frais des contribuables européens, écrit Deutsche Wirtschafts Nachrichten.

Lors d'une rencontre à Berlin le 24 août, Piotr Porochenko n'a pas manqué d'accuser la Russie, affirmant qu'elle aurait déployé plus de 50.000 soldats près de la frontière ukrainienne et 40.000 soldats dans le Donbass. Il n'a pourtant pas apporté la moindre preuve. Curieusement, cette fois-ci, la chancelière allemande n'a pas condamné la Russie pour attiser le conflit ukranien. Il semble que l'Allemagne commence à comprendre que c'est la partie ukrainienne qui se comporte agressivement, estime le journal allemand Deutsche Wirtschafts Nachrichten.

"Ses affirmations ne sont pas étayées par la moindre preuve. Ces chiffres terrifiants sont plus qu'invraisemblables: si la Russie avait déployé des dizaines de milliers de soldats à la frontière, des satellites espions américains l'auraient déjà remarqué", précise Wirtschafts Nachrichten.

Le président français François Hollande, le président ukrainien Piotr Porochenko et la chancelière allemande Angela Merkel - Sputnik France
Le jour de l'Indépendance ukrainienne, Porochenko "se fait gronder" par Merkel
Dans le même temps, le président Porochenko dépense l'argent du contribuable européen pour l'armement de son armée et des défilés militaires, souligne l'édition allemande. Et ce alors que l'économie du pays est au bord de l'effondrement.

Berlin doit persuader Kiev d'arrêter la rhétorique guerrière  et les provocations, souligne l'édition allemande. Si le conflit dans le Donbass se déchaine de nouveau, l'Ukraine pourrait partager le destin de l'Afghanistan, de l'Irak et de la Syrie, ce qui pourrait engendrer dans l'UE et surtout en Allemagne une nouvelle vague de réfugiés.

Auparavant, les autorités ukrainiennes et occidentales ont accusé la Russie de se mêler des affaires intérieures de l'Ukraine. Ce que nie catégoriquement la Russie, qui qualifie ces inculpations d'inacceptables. Moscou explique sans cesse qu'il ne représente pas une partie du conflit intérieur ukrainien et qu'il est en dehors des événements dans le sud-est. Au contraire, la Russie est intéressée par la résolution de la crise politique et économique en Ukraine.


Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала