Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

OPEP: les bas prix du pétrole jusqu'à la fin de l'année

© AFP 2021 ALEXANDER KLEIN / FILEOpep
Opep - Sputnik France
S'abonner
Selon l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), les cours du brut varieront entre 40 et 50 dollars le baril jusqu'à la fin de l'année en cours, mais le cartel n'entend pas réduire sa production.

L'OPEP s'est résignée aux bas prix du pétrole jusqu'à la fin de l'année et n'entend pas réduire sa production, en "laissant le marché à se corriger", rapportent les agences, en référence à plusieurs représentants des pays membres du cartel pétrolier. 

Selon ce dernier, les cours du brut varieront entre 40 et 50 dollars le baril et ne s'élèveront jusqu'à 60 dollars qu'en cas de reprise économique en Chine, deuxième plus gros consommateur de pétrole au monde. Aussi, tout signe de ralentissement de sa croissance fait-il craindre une baisse de la demande énergétique dans un marché déjà affaibli par la surabondance de l'offre. 

A l'heure actuelle, les prix du pétrole sont proches de leur niveau le plus bas.  

Pétrole - Sputnik France
Pétrole: l’Equateur, premier pays de l'OPEP à pomper à perte
L’impact de la chute des prix du pétrole s'est avéré plus grave que prévu, et certains pays de l'OPEP sont même contraints de pomper à perte. L’Equateur est devenu le premier pays à révéler qu’il le faisait, son pétrole se négociant à moins de 30 dollars le baril, tandis que les coûts de production moyens tournent autour de 39 dollars. 

Souffrant de la chute des prix de pétrole, les pays les plus vulnérables ont multiplié leurs appels à la tenue d’une réunion urgente du cartel.

OPEP: membres, politique et prix pétroliers - Sputnik France
OPEP: membres, politique et prix pétroliers

Le Venezuela a plaidé en faveur d'une réunion "spéciale" du cartel avec la participation des pays non membres de l'OPEP, la Russie en l’occurrence. 
L'Arabie Saoudite, plus grand producteur de pétrole de l’OPEP, ne réagit pas à ces appels, bien qu'elle se trouve elle-même dans une situation embarrassante, ses réserves de change s'épuisant rapidement.

A New York vendredi pour la deuxième séance de suite, les cours du pétrole ont fortement monté, achevant la semaine sur leur plus forte hausse hebdomadaire depuis des années à New York et Londres, face à l'atténuation des craintes pour la demande et l'économie mondiale. Le baril de Brent a dépassé le cap des 50 dollars. Quoi qu'il en soit, les marchés pétroliers restent extrêmement instables.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала