Entre l'Azerbaïdjan et l'UE, des relations contradictoires

© Sputnik . Alexei Kudenko / Aller dans la banque de photosIlham Aliev, président de l'Azerbaïdjan
Ilham Aliev, président de l'Azerbaïdjan - Sputnik France
L'Azerbaïdjan et la République tchèque font passer leurs relations au niveau supérieur.

Une déclaration et un mémorandum d'entente sur la coopération dans l'agriculture ont été signés entre les deux pays hier dans le cadre de la visite officielle du président tchèque Milos Zeman en Azerbaïdjan. Cette visite intervient dans un contexte de détérioration des relations entre Bakou et le Parlement européen — l'Azerbaïdjan a même remis en question sa participation au programme Partenariat oriental.

Les détails de ces négociations au sommet ont été rendus publics dans les communiqués de presse des deux chefs d'État. Le président Ilham Aliev a noté que la République tchèque était le huitième pays de l'UE avec lequel l'Azerbaïdjan avait signé un accord de partenariat stratégique. Ce document reflète divers aspects des relations bilatérales, et identifie également le fond du problème le plus douloureux pour Bakou — le conflit qui l'oppose à Erevan au sujet du Haut-Karabagh — ainsi que les solutions pour le régler.

"Les coprésidents du Groupe de Minsk chargés de cette question — la Russie, la France et les USA au plus haut niveau, ont déclaré que le statu quo était inadmissible et devait changer", a rappelé Ilham Aliev. Et d'ajouter qu'il entendait par là "la fin de l'occupation".

Chemin de fer - Sputnik France
Bakou et Téhéran veulent relier leur réseau ferroviaire
Quelques jours avant cette rencontre, le Parlement européen avait approuvé des sanctions ponctuelles contre certains dirigeants azerbaïdjanais qui, selon les auteurs, ne respectaient pas les droits de l'homme. Le parlement azerbaïdjanais a réagi en décidant non seulement de suspendre la coopération avec cet organisme, mais a également annoncé qu'il pourrait reconsidérer la participation du pays au programme Partenariat oriental.

Le président Aliev a noté que la résolution du Parlement européen était une "provocation politique basée sur le mensonge, la diffamation et les préjugés". "Nous savons quelles forces se trouvent derrière ces initiatives. Nous y voyons évidement le rôle du lobby arménien, et je pense qu'il serait utile pour les forces de l'ordre européennes d'enquêter sur les liens secrets entre certains membres du Parlement européen et les lobbyistes arméniens", a déclaré le président azerbaïdjanais.

"Nous constatons aujourd'hui le sort des réfugiés du Moyen-Orient qui sous les yeux du monde entier tentent de trouver un refuge en Europe. Ces gens sont victimes de l'ingérence extérieure. Leurs pays sont dévastés. Par qui? Par des forces extérieures qui ont violé leur intégrité territoriale. Tué des centaines de milliers de personnes. Des millions de gens ont perdu des proches. Ceux qui ne peuvent plus supporter ces conditions tragiques fuient en Europe. Regardez ce qui les y attend — l'islamophobie, le racisme et la xénophobie! Est-ce que ce sont des valeurs européennes? Le Parlement européen ferait mieux de s'occuper de ces problèmes", a conclu Ilham Aliev, bien déterminé à "réagir à chaque démarche entreprise contre l'Azerbaïdjan".

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала